9 décembre 2010

Julie & Julia

Les films de Nora Ephron (Nuit blanche à Seattle, Vous avez un message, etc.), ça passe bien quand on est gosse et qu'on se demande qui nous fait le plus triquer entre Meg Ryan et Tom Hanks. D'ailleurs personnellement j'hésite encore, mais elle ne tourne plus avec ces deux vieux mecs caoutchoutés... A leur place, une autre vieillarde malheureusement 100% naturelle, Meryl Streep, et la fringante Amy Adams. Quel morceau cette Amy Adams... Malgré tout faut s'accrocher. C'est très surfait, trop décoré, trop musical, trop. C'est du cinéma de maman, et à moins d'en être une c'est immédiatement indigeste. Je suis tout de même allé au bout de mes peines grâce à la seule présence d'Amy Adams. Quel morceau... Quand un tel filet mignon est au casting, pas de religion, je vais au bout. Les distributeurs ont réussi leur coup. Et là je me lance dans une rapide affichographie : matez le haut du poster qui nous présente une Meryl Streepé péroxydée qui se décroche les bajoues de rire, au point qu'on ne voit plus le blanc de ses yeux (par contre en agrandissant le jpeg on peut distinguer un beau moko dans un de ses trous de nez, trop beau pour se soumettre à la palette graphique des afficheurs), cette vieille est au bout du rouleau mais elle se fend la banane, ça c'est pour que les mamans et autres MILFs s'identifient, par contre dans le bas de l'image, la jeune et si jolie Amy Adams, le regard en coin, mime une grosse pipe avec ses doigts et ça c'est pour nous autres, les queutards.



Un petit mot tout de même sur Meryl Streep pour garder l'attention des vieilles qui nous lisent peut-être, elle qui fut une si belle femme et une si grande actrice, la voir surjouer le rôle d'une sale anglaise maniérée et exubérante, c'est une vraie souffrance. Pour ceux qui ont vu le sketch des Nuls dans lequel ils doublaient eux-mêmes la Reine d'Angleterre, sachez que Meryl Streep cause avec cette voix-là pendant tout le film. Une voix haut-perchée de vieille aristocrate ou de vieux castrat bouché.



Une fois de plus on a de quoi se plaindre des affres du principe d'adaptation cinématographique d'histoires vraies, survenues dans les vraies vies de personnages réels. Parce que la véritable Julia Child avait cette voix insupportable on nous l'inflige pendant deux heures, et, pire encore, on l'impose à Meryl Streep, cette immense actrice qui se complait dans le ridicule d'une imitation atterrante. Encore que sa plus grande souffrance fut certainement d'interpréter l'épouse de l'inénarrable Stanley Tucci. Je ne dirai rien de plus sur cet acteur dont je vous laisse taper le nom sur google images. Amy Adams, pour en revenir à ce qui me fait actuellement bander, n'est pas non plus au top de sa forme, affublée d'une étrange coupe de tifs et piégée dans le maigre rôle d'une New-Yorkaise bien d'aujourd'hui dont le langage est pollué par quantité de tics verbaux et autres expressions accablantes, du style : "I can't write a blog, I mean... hello !". Connasse...



Curieux projet que ce film qui prétend tenir le spectateur non pas en haleine mais en salive. Le pari d'Ephron c'est de nous scotcher à nos canaps en nous refilant les crocs. Pour ce faire elle nous raconte avec maladresse et sans aucune forme de talent (alors que je garde un souvenir ému de Nuits blanches à Seattle, qui m'avait fait tomber amoureux de Meg Ryan à la belle époque...) l'histoire d'une jeune femme qui crée un blog (on retrouve après You've got mail tout l'amour de Nora Ephron pour le cliquetis du clavier d'ordinateur portable et pour le web en général), blog pour lequel elle testera jour après jour les 524 recettes de Julia Child (Meryl Streep donc), une anglaise irritante fière comme Artaban d'avoir découvert la cuistance française dans les années 50. J'ai crevé la dalle pendant deux plombes. Voilà le résultat. Une des fâcheuses conséquences de ce scénario cocasse c'est que l'ingénieur du son a choisi de mettre l'emphase sur tous les sons de bouche, ces bruits de gueule à vomir, ce pur dégueulis sonore que chacun produit en mangeant et qui n'est supportable que si l'on est soi-même en train de grailler, ce qui n'était pas mon cas devant cet enfoiré de film, tous ces gargouillis dégueulasses que les ingénieurs du son gomment habituellement sur leur table d'étalonnage afin de les réduire au silence.



Dans une scène particulièrement violente Amy Adams prépare la bouffe pour elle et son mari, faisant revenir du pain dans de l'huile avant de le recouvrir de tomates et de poivrons (un genre d'infrita), pour ensuite gober le tout sous forme de tartines ultra juteuses. Rien que d'en parler j'ai la gaule. Seulement voila... les bruits de pain craquant et de mastication saliveuse sont largement amplifiés, et on a l'impression de se faire bouffer aux petits oignons par un film omnivore sans prétention. Alors on subit, et on se réjouit que l'histoire ne porte pas sur les 524 façons de chier selon Julia Child. On regrette par contre qu'elle ne porte pas sur les 524 façons de niquer selon Julia Child, car Amy Adams a beau être mal coiffée on ne dirait pas non à l'idée de la voir tester les 524 différentes façons de troncher inventées par une grosse anglaise de merde. Surtout que je sais pas vous, mais concernant exclusivement la fornication moi je raffole des pires bruits de bouche et compagnie.


Julie & Julia de Nora Ephron avec Meryl Streep, Amy Adams et Stanley Tucci (2009)

5 commentaires:

  1. :D

    Je l'avais maté en m'enfilant l'un des pires petit déj' du monde avec Maeva, du coup c'était bien passé.

    RépondreSupprimer
  2. Celui qui joue le "petit-ami" d'Amy Adams, il est trop trop naze.

    RépondreSupprimer
  3. "On regrette par contre qu'elle ne porte pas sur les 524 façons de niquer selon Julia Child, car Amy Adams a beau être mal coiffée on ne dirait pas non à l'idée de la voir tester les 524 différentes façons de troncher inventées par une grosse anglaise de merde. Surtout que je sais pas vous, mais concernant exclusivement la fornication moi je raffole des pires bruits de bouche et de teucha."
    C'est ce que j'appelle une conclusion inspiré, j'ai du renouveller mon stock de slibard pour la peine à force de me pissé dessus avec vos conneries;)

    RépondreSupprimer
  4. La toute fin de l'article m'a flingué de rire :D

    RépondreSupprimer
  5. pour vous les amateurs^^

    http://img103.imagevenue.com/img.php?image=59247_septimiu29_AmyAdams_MarieClaire_Jan20111_122_1199lo.jpg

    RépondreSupprimer