13 décembre 2010

Potiche

François Ozon. Ozon, Ozon, Ozon... Je crois bien avoir vu tous ses films. Sauf peut-être Swimming Pool, que j'ai sans doute arrêté juste après la scène où Ludivine "one hundred per cent natural" Sagnier se trimballe à poil à côté de la piscine. A chaque fois, l'argument de départ fait rêver, au point de nous faire oublier ce qu'Ozon a fait avant. Par exemple 8 femmes, au départ c'est huit générations de stars enfermées dans un manoir : nuit de noël sans lune, sur cent brebis il t'en reste qu'une... Récemment encore, Le Refuge, qui avait pour point de départ une Isabelle Carré pregnant, en cloque mode d'emploi. Je l'ai pas vu, donc, une fois de plus déçu. C'est systématique. Je mate la bande-annonce je suis comme un fou ! Je mate le film et je retrouve aucune des scènes que je m'étais repassées en boucles dans ma tête. Je ne dirai que le strict minimum sur Potiche : cette comédie n'est pas drôle une seconde. Elle est aussi peu drôle que je le suis en ce moment.



Oh ça dure bien depuis quinze jours. On m'a dit : "T'as laissé ton humour dans les roustons de ton père". Je rétorque : "Pas faux, j'ai connu des jours meilleurs. D'habitude je fais marrer toute l'assemblée et là je ne suis que l'ombre de moi-même". C'est vrai qu'en ce moment, c'est une période sans. Sans humour, sans idée, sans répartie. Je mange, je bois, je baise et je chie. Je passe pas des mauvaises journées. Hier je me suis régalé d'une bonne pizza. Franchement ça le fait. J'ai pas d'ennuis. J'ai pas non plus d'envie. Voilà ma vie. Mais surtout je suis pas du tout marrant. Pour écrire un article c'est un peu just. Mais je l'ai quand même fait. J'espère que c'est pas cette merde de Potiche qui m'a rendu si vide de tout. J'espère aussi que c'est pas contagieux. D'habitude quand j'écoute Le Lion est mow ce soir de Pow-Wow, je chiale à coup sûr. Idem avec Viva la vida la viva de Coldplay. Forcément je chiale. Toujours une larme sur le dernier accord, ce petit dernier cri du chanteur. J'ai écouté ces deux standards y'a pas dix minutes, pas un soupçon de peine dans mon âme, j'ai les yeux secs comme le désert de Gobi. Je n'éprouve plus aucun sentiment. En ce moment je suis blindé. A mon taff je suis une tuerie, je suis CRS et je dégomme des étudiants à qui mieux mieux.


Potiche de François Ozon avec Catherine Deneuve, Gérard Depardieu, Judith Godrèche, Karin Viard et Fabrice Luchini (2010)

6 commentaires:

  1. Il est marrant ton article donc Potiche est marrant?

    RépondreSupprimer
  2. Si seulement ça pouvait marcher comme ça, être rétroactif...

    RépondreSupprimer
  3. t'étais étudiant y'a quelques temps et maintenant t'es un CRS qui fout sur la tronche à des étudiants.... où va-t-on là??

    RépondreSupprimer
  4. J'ai une vie assez dissolue il est vrai. Si tu lis plus en profondeur ce blog tu en apprendras davantage sur moi au détour de chaque critique, et tu découvriras que j'ai mille vies en une.

    RépondreSupprimer
  5. d'accooooooorrdd............

    RépondreSupprimer