3 novembre 2008

WALL-E

C'est l'histoire d'un PC qui s'encule un MAC. On m'avait dit que la première demi heure était très audacieuse, presque muette. En réalité le film s'ouvre sur une chanson Walt Disney dégueulasse et poursuit avec une pluie de bruits et de chansons habituelles du genre. Ce soir j'ai eu l'impression d'être dépucelé, et que mon violeur a pris mon globe oculaire pour mon hymen. Et chacun sait que quand on est vierge, on rêve d'une première fois un peu plus tendre qu'un viol ratiboisant et non consenti. Avant ce film, j'ai vu Shoah de Claude Lanzmann, qui dure 9 heures, et c'est passé en un battement de cil, surtout en regard du viol sans fin qu'a pu être Wall-e en fin de soirée. Le film est à la fois très réaliste et complètement chimérique (je parle pas de Shoah). Je m'explique, le film se veut sans concession dans sa façon de dépeindre son personnage féminin (Ève, prononcez Yves avec l'accent Audois), qui commence par vouloir cramer la gueule à son prétendant puis lui tourne largement le dos avant de finalement lui tomber dans les bras quand il lui offre une plante dans une godasse, acte éminemment héroïque dans ce scénario malfamé (le film est-il involontairement réaliste ? La Femme serait-elle intéressée ? À vous de juger...) ; et par opposition, le film se veut très naïf quant au comportement de son personnage masculin (wall-e, prononcez comme tous les autres connards français qui parlent du film), qui se contente d'espérer pouvoir attraper la poigne de sa dulcinée. Si les personnages étaient humains (suivons jusqu'au bout le processus anthropomorphiste du film), admettons donc qu'il ne reste qu'un seul homme sur terre et qu'une femme new age débarque à l'improviste, notre Dom Juan à la manque n'aurait pas perdu une minute (quitte à se faire incendier le crâne par le bras bionique de sa nouvelle égérie) pour lui sauter à la gorge et lui régler son compte (il s'agirait ici encore d'un viol donc).



Peut-être que cette vision manichéenne des rapports amoureux (sous forme de guerre des sexes, l'un belliqueux, l'autre fleur bleue, et pas ceux que l'on croit), viendrait du fait que les tarés de merde vêtus de baskets blanches et de casquettes à visières opaques à l'effigie de Tenacious D, qui écrivent des scripts aussi cons pour Pixar, sont des gros geeks en mal d'amour, et de fait obsédés du fion. Ce sont là des violeurs en sursis, et leur cabane, c'est la toile du net (pas d'injures, sans rancunes). Ces gens-là sont gavés jours et nuits par des gros sketches pornos ricains BANGBROS à la mode du site Bigtitsatwork.com. Ces types-là ont des imaginaires d'enfants de 5 ans qui auraient eu une puberté de malades mentaux. Ils voient l'homme avec des yeux d'enfants, et la femme avec des yeux de vieillards moribonds sortis tout droit de la guerre de Corée. À ce titre, ils ne se privent pas pour glisser dans l'image des représentations de bites en veux-tu en voilà, comme cette image, qui survient sauvagement à la 33ème minute, tend à le prouver :


(Suis-je le seul à voir dans cette image au moins deux grosses queues ?)

Mais qui sont ces créateurs sans amour propre qui ne rougissent pas de dépeindre le futur cataclysmique de l'humanité, où tous les Hommes sont réduits à d'immondes gros lards vautrés dans des fauteuils, incapables de bouger, la tête enfoncée dans leurs écrans d'ordinateurs. Ils dessinent là leur propre existence diabolique. Qui sont-ils pour ne pas avoir de miroir à portée de main, une mère pour les remettre dans le droit chemin ? Qui sont-ils, ces enfoirés, pour dresser un tel autoportrait infamant de leur propre race rachitique.

En plus, le message écolo signé Gore Al ne passe pas. Pire, il se contredit, il se dédit. D'abord, le film nous fait la promesse (rappelons qu'il s'adresse d'abord aux enfants avant de devenir l’œuvre phare de 2008 de tout un tas d'adultes trépanés), qu'une fois la planète transformée en gros conteneur à ordures et autres détritus, l'Homme ira faire un tour de l'autre côté du soleil, dans un vaisseau-planète maxi-modèle, en atteignant un niveau intellectuel inespéré (vitesse de la lumière apprivoisée, chaleur du soleil domptée, apesanteur masterisée, robotique pulvérisée, absence d'atmosphère vaincue, ingénierie banalisée, informatique sodomisée etc.) où il se la coulera douce, vautré dans un fauteuil, comme décrit précédemment, dans un monde où le confort est roi, où le travail n'est plus, où les conflits n'existent plus. Au prix certes d'un manque presque total de communication, abrogé précisément par une hyper-présence de moyens de communications, critique ici en demi-teinte d'un phénomène de société actuel et primordial qu'un enfant balaye du bout du coude en réclamant un autre soda. En sus on constatera l'absence (totale?) de gens de couleur dans ce vaisseau peuplé uniquement d'américains dont on peut donc se demander si leur niveau de vie ne leur a pas permis d'être sauvés (sélectionnés pour constituer une colonie de repopulation de la planète) au moment du cataclysme. Le plan final vomitif sous forme de zoom arrière nous rappelle d'ailleurs que Wall-e vit au départ sur le sol des États-Unis, le reste du monde semblant avoir disparu sous un épais nuage vert-de-gris. Un œil avisé peut certes envisager ces possibilités, mais un enfant de CE2, encore une fois, n'a cure de ces éventuelles pistes scénaristiques à demi ébauchées par une bande de bras cassés. Dans le même genre ruez-vous plutôt sur le dernier Shyamalan qui, bien que pourrave, véhicule le même message avec un poil plus d'habileté. Pour qu'on en vienne à conseiller ça...



Au-delà du réel. Au-delà de ces considérations que certains jugeront inopportunes, le film est en plongée sous-marine, il se noie dans les goofs, il se prend les pieds dans d'innombrables traquenards, et se vautre dans un ennui de chaque instant, évidemment. Cette fameuse ouverture de 30 minutes, soi disant muette ou tout au moins audacieuse, est un clip pittoresque et lamentable. Montrez-là à vos gosses, et s'ils tiennent le crachoir à l'écran de votre télévision sans toucher à la télécommande pour passer sur le porno du soir, en attendant fiévreusement la suite, la bave aux lèvres et les mains dans le dos, alors dîtes-vous bien qu'ils sont prêts à endurer l'intégrale Tarkovski, et si tel est le cas, vos enfants sont des putains de prodiges ! Des freaks de merde ! Où sont les débuts réellement accrocheurs des films de notre enfance ? Où sont les scènes d'ouvertures telles celle de Qui veut la peau de Roger Rabbit, mise en abîme fabuleuse et riche de sens pour les chiards que nous fûmes. Autrefois nos héros de cinéma crachaient, rotaient, ils étaient vulgaires et parfois veules, et les héroïnes qui leur collaient les bonbons au papier étaient de vraies salopes boddybuildées (quid de Jessica Rabbit, encore). C'est grâce à cela que nous sommes devenus ce que nous sommes, en voilà des manières de commencer à bander, d'apprendre à triquer. Comment voulez-vous qu'un gosse chope le marbre devant Ève et sa copine Wall-e ? Tout ce que ces films inculqueront aux gosses d'aujourd'hui c'est le début d'une conscience politique misérable et un goût douteux pour le spectacle le plus nerveux et abrutissant possible.



Blague à part, ce film m'a sapé le moral. Il m'a ramené à un des plus tristes épisodes de mon enfance passée derrière les wagons, à repeindre les trains. J'avais un chat à l'époque, nommé Matou. Je m'étais fait de sa personne mon plus fidèle ami. Un matin, en nettoyant les chiottes d'un TEOZ, j'ai trébuché dans mon chat qui avait pris une allure fort cubique. Il avait dû se coincer quelque part, ou se faire compresser Dieu sait où. Le mystère est intact. Comment s'est-il retrouvé compacté en cube parfait et solide, avec une boîte de conserve à jamais unie à son petit corps, et une capsule de bouteille de bière plantée entre les deux yeux à la mode Hindoue ? Je n'ai jamais percé le secret de cette mort sans pareille, mais j'ai chialé tous mes morts en matant Wall-e, lui et sa manie de merde de faire des cubes compacts d'ordures et de déchets. Matou était tout sauf un détritus.


WALL-E de Andrew Stanton (2008)

23 commentaires:

  1. Cette critique éclairante me fait dorénavant considérer ce film d'un autre oeil, notamment l'histoire des bites. J'en suis encore tétanisé.

    RépondreSupprimer
  2. Wall-E est-il doublé par Clovis Cornillac dans la VF ?

    RépondreSupprimer
  3. Je ne sais pas si je partagerais (si j'avais vu le film) ton avis très "karsher" sur les rapports homme-femme vus par les auteurs de Wall E. Notamment parce qu'il faut certainement prendre un peu de recul vis à vis de cela, du fait de la nature de l'oeuvre.

    Cela dit, je te rejoins totalement quant au politiquement correctement censuré qui s'applique à tout scénar sorti depuis une bonne quinzaine d'années, et qui ne va certainement pas aider nos gamins à devenir autre chose que des bêtes de somme puritaines, saintes ni touche, sans jus.

    RépondreSupprimer
  4. Je l'ai vu et j'ai chialé toutes les larmes de mon corps, tant et si bien que j'ai perdu tout mon mobilier. J'avais bien prévu de pioncer, mais ce soir là une quinte de toux m'avait poussé hors du pieu. La télé déconnait, et j'avais qu'un divx sous la main, Wall-E. A quatre plombes du mat. J'ai été tout chamboulé. Après toutes ces merdes Disney décidait de mettre en scène un AI, après huit ans de bagnoles qui parlent, de poissons volants, d'ours sympathiques bien que morts. Ils l'ont fait et le succès a été total dans les salles, y compris ma salle d'eau, où j'ai installé un widescreen pour pouvoir suivre le rapido tout en me brossant les mains après avoir fait un tour au chiottes. Un 16/9 115 cm dans une baignole, on peut vraiment faire ca? Yes, we can.

    RépondreSupprimer
  5. Je l'ai revu, putain faut-il être de bonne volonté..

    Un goof parmi tant d'autres: La charmante ève, qui est envoyée sur terre par les derniers humains pour y trouver de la vie, comment expliquez-vous qu'elle tire à vue sur le moindre mouvement (wall-e en l'occurrence) sans prendre le temps de voir ce dont il s'agit ? Putain elle est vraiment conne...

    J'ai pigé la morale de ce film. La morale c'est que ce qui pourrait arriver de pire à l'homme, ça serait de ressembler à un dessin Pixar, et là je paraphe et je signe.

    RépondreSupprimer
  6. En même temps, elle cherchait juste une plante de merde hein, pas un robot des des 80s...

    RépondreSupprimer
  7. C'est cool de relire toutes ces vieilles chroniques !

    RépondreSupprimer
  8. Le dernier paraphet est
    T
    E
    -
    R
    R
    I
    B
    L
    E
    !

    RépondreSupprimer
  9. Mon petit, voir faible "Rémi" tu doit être si mal dans ta peau pour écrire des bousses pareil et déchaîner ta colère de critique inconnu (et on comprends pourquoi), tu te contredit et t'es argument sont infondé sans aucun sens.
    Crois moi c'est pas en fessant le critique espiègle nihiliste que tu ira loin. Ah oui ne confonds pas tout aussi, on s'en tape royalement de ton chat.
    Il y a les mauvaises critiques (merveilleuse quand elle le sont) et les déchaînement de blogueurs nul qui se sont fait malmener par leurs boss et qui retransmette par écrire leurs pauvre petite colère.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mongol ! (de Karin Serres)

      Supprimer
    2. Blandine, on a du taff pour toi !

      Supprimer
    3. Franchement, des cas comme ça, ce sont des cadeaux :-D !! J'en ai ri aux larmes ! Je m'y mets de suite, hin hin hin hin.

      Supprimer
    4. Mon cher Thomas R, Ô fesseur de critique, je te dois cinq bonnes minutes de vie grâce au fou-rire qui m'a pris en lisant ton commentaire.
      Je ne sais même pas par où commencer tellement y en a. Faisons un petit bilan : 20 fautes, orthographe et conjugaison confondues, dont certaines confinent au non-sens (oh le bel euphémisme !).
      C'est marrant, parce tu es condescendant, mais surtout con, en fait. Ta critique n'a aucun sens, tu ne dis en rien ce qui ne va pas, d'après toi, dans la critique de Wall-e, tu te contentes d'employer des mots dont tu ignores certainement le sens (sais-tu seulement ce qu'est un nihiliste ? Non parce que là, je vois pas bien ce que ça vient foutre ici). Si tu voulais te rendre crédible, c'est raté.
      Je suis également navrée de t'apprendre que le mot "bousse" n'existe pas. Que tes fautes de syntaxe sont telles que tes phrases en perdent tout leur sens. Qu'on peut fesser un critique de cinéma, mais je suis pas sûre qu'il apprécie (après, je ne veux pas savoir ce qu'il se passe chez toi). Par contre, on peut lui faire des choses (je m'égare), mais c'est en faisant qu'on apprend, ou qu'on reçoit des baffes (parfois, il faudrait que je freine sur les sous-entendus, on va finir par ne plus rien comprendre).
      Bref, pauvreté et prétention, voilà ce que décèle de toi ta brève intervention (pauvreté intellectuelle s'entend), abstiens toi... Mais le propre d'un con, il paraît, c'est qu'il ose tout. Rions mes amis, pour éloigner cette foutue corde qui nous nargue.

      Supprimer
    5. Vous avez une sacrée chienne de garde ! Y'en a plein de comme ca à te refiler!

      Supprimer
  10. Fais toi soigner tu es un grand perturbé et surtout qu est ce que tu dois t emmerder dans la vie pour écrire de telles conneries, navrant et inutile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Professeur Jack Acran10 juillet 2012 à 17:11

      Cher Massimo95,
      Sache qu'il est humainement possible d'avoir un certain second degré et d'écrire de ce fait un tel article sur un dessin-animé qui n'en demandait pas tant.

      Sache aussi qu'il est totalement humainement possible d'avoir une vie bien remplie, avec un emploi et même des études de troisième cycle en cours de réalisation le tout mené de front, tout cela agrémenté d'une relation amoureuse heureuse et pérenne ainsi d'amis réguliers et joyeux
      ET
      d'écrire régulièrement quelques paragraphe au sujet d'une oeuvre de cinéma quelconque.

      C'est possible.

      Professeur Jack Acran

      Supprimer
    2. Bien envoyé, Pr Acran ! :D

      Supprimer
  11. Non mais c'est une adorable histoire entre un Walkman et un iPod mec pas la peine de creuser aussi loin ..

    RépondreSupprimer
  12. À un moment faut arrêter de creuser et se torturer ce film est une adorable histoire entre un Walkman et un iPod la confrontation entre le mécanique et le numérique certains sont émus d'autre n'ont rien perçu

    RépondreSupprimer
  13. Top 12 des images subliminales sexy trouvées dans les Disney :
    http://www.topito.com/top-images-subliminales-sexy-disney-consipiration-maternelle-cope

    RépondreSupprimer
  14. Un gif qui en dit long sur les produits Disney :
    http://www.brain-magazine.fr/images/stories/PAGE_PUTE_8/disney-penis.gif

    RépondreSupprimer