Éditos

Sur cette page sont archivés les éditos du blog que vous retrouvez régulièrement sur la page d'accueil.

***

2 juin 2017

« I want Mostow in ! »

A partir d'aujourd'hui, nous consacrons un dossier spécial à un réalisateur de l'ombre que nous avons choisi de mettre en plein cagnard : Jonny Mostow. En commençant par son film breakthrough : Breakdown ! La filmographie complète de cet artisan bravache sera épinglée sur nos pages dans les jours qui viennent : U-571, qui a ré-enterré le genre du film de sous-marin, Terminator 3 : Le soulèvement des machines, venu gripper une franchise jusqu'alors en pleine forme, et Clones, qui n'est pas parvenu à relancer dignement la vague des films de SF contestataires des années 70. On parle donc d'un cinéaste de qualité, et nous entendons bien lui rendre sa place dans l'histoire du 7ème art.



_____________________________


26 février 2017

Le rendez-vous annuel des César

Comme chaque année, la cérémonie des César est un rendez-vous que pour rien au monde nous ne voulions rater. A chaque fois, on sait qu’on va enrager, mais on ne peut pas passer à côté. Job de blogueur ciné… Et comme chaque année, le jour venu, dès le déjeuner de midi, on se prépare, on se met bien. Hier midi, notre casse-dalle fut d’envergure internationale. Accrochez-vous bien : croque-monsieur et soupe de butternut au cumin en entrée, deux plâtrées de tagliatelles carbonara en plat de résistance, et pour le dessert, une crème chocolat mamie Nova 70cl, qui à elle seule constitue un repas équilibré et complet, le genre de dessert lacté qui coûte 16 euros à l’unité et qu’on ne trouve donc habituellement que dans le frigo des Fillon. Je peux vous dire qu’on était repus et chauds bouillants pour affronter la soirée. Tout l’après-midi, on a rivalisé de rots morbides, si épais qu’on pouvait les mâcher et les manger. Horrible et délicieux à la fois.

Notre hâte était immense face à la perspective d’une énième cérémonie des César trop longue, peu drôle, pénible et morte sur pied. Qui plus est, cette année, la cérém’ était présentée par Jérôme Commandier, un inconnu total. Cette personne a été tirée au sort. Le maître de cérémonie aurait aussi bien pu être l’un d’entre nous, ou vous ! Superbe idée de la part de l’Académie (qui en a plein ses tiroirs des comme ça). Mille questions nous ont assailli tout au long de la journée : qui va remporter les prix ? Et puis des craintes aussi : est-ce que Pierre Niney allait s’en tirer avec un double César, celui du meilleur espoir et celui du meilleur acteur ? Niney était nommé dans toutes les catégories pour son rôle en noir et blanc dans Frantz (que personne en Frantz n’a vu, ne nous mentons pas). Gagner les deux prix la même année est assez rare, on se souvient de Bahoum Aslime, il y a une paire de piges, qui était parvenu à accomplir l’exploit. Mais Pierre Niney, tout sociétaire de la comédie française qu’il est (notez bien, il est sociétaire de la comédie française, sans majuscules, c’est une association qu’il a créée avec son frère, rien à voir avec la célèbre institution) est un très mauvais acteur, c’était donc plus compliqué sur le papier...

La cérémonie est passée, lentement, assez lourdement. Et quand on s’attarde sur la photo-finish, on s’aperçoit que l’imposteur Niney est reparti une main devant une main derrière. Ce n’est que justice. Pour le reste, du très prévisible, et comme chaque année, on a déjà à peu près tout oublié de cette soirée. Vivement l'année prochaine !



_____________________________


7 octobre 2016

ARTE Kino Festival : un festival de cinéma pour tous

Il est un peu tard pour en parler, mais mieux vaut tard que jamais, et puis ce n'est pas terminé. Arte et le Festival Scope ont eu la belle idée d'imaginer et d'organiser une première édition du ARTE Kino Festival, qui a débuté le 30 septembre dernier et s'achèvera le 9 octobre. Le principe est simple : 10 films sélectionnés, qui viennent de sortir ou ne vont pas tarder, visibles directement sur internet, gratuitement, dans 44 pays, avec plusieurs sous-titres disponibles, à regarder puis à noter (de 1 à 5 étoiles) pour élire le meilleur, avec à la clé 50 000 euros à se partager pour le réalisateur et le vendeur international du film. Pour cela il suffisait de s'inscrire sur le site et de "réserver" sa place pour les films qui nous intéressaient, avec une limite de 5000 spectateurs internautes pour chaque film.

La sélection faisait (fait ! c'est encore possible d'aller voir des films !) assez envie, avec par exemple un film comme La Mort de Louis XIV d'Albert Serra, qui a remporté quelques suffrages parmi l'équipe élargie de rédaction du blog. Plus difficile de trouver son compte devant les autres films vus (le décevant I tempi felici verranno presto de Alessandro Comodin, l'inégal John From de João Nicolau ou encore le très désagréable Suntan d'Argyris Papadimitropoulos), mais peu importe. Il y a de tout et de quoi se faire plaisir. On ne peut regretter que deux choses : que le grand prix se nomme Prix Nespresso du public (cancer des sponsors...), et que les participants qui avaient réservé des films avant le début du festival n'aient reçu aucun mail leur rappelant les délais pour voir les films. Espérons que cette erreur sera réparée pour les prochaines éditions (car nous en voulons !) de ce qui reste une très belle initiative.


_____________________________


24 juin 2016

Quelle jeunesse ?

Cédric Klapisch a encore pondu un film ignoble. Mais celui-ci a le mérite d'être court. Je veux parler de son clip de promotion pour la Cinetek, la "cinémathèque des réalisateurs", ce site qui propose de voir en streaming, je cite, les "grands films du XXe siècle" (le 19ème et le 21ème puent de la gueule ?) grâce à "un catalogue constitué de films choisis et présentés par des réalisateurs du monde entier". Sur ce site, on peut ainsi cliquer sur le nom d'Olivier Assayas, sur celui de Hirokazu Kore-Eda, sur ceux de Pascale Ferran, Bong Joon-Ho, Céline Sciamma, James Gray, Agnès Varda ou Apichatpong Weerasethakul, pour voir apparaître leurs listes de recommandations et éventuellement payer pour regarder les films en question. L'idée n'est pas idiote du tout, bien au contraire. Ce qui est idiot, c'est le clip de Cédric Klapisch.

Dès le départ, ça sent mauvais. Titre du clip : "Quel film ?" Sous-entendu "Quel film pourrait-on regarder ?" En-dessous : "Un film de Cédric Klapisch". Faux. Surtout pas. Jamais. Ensuite, on voit défiler un panel de jeunes gens, qui sont âgés disons d'entre 16 et 22 ans, sont parfois assis côte à côte, parfois face à face, le plus souvent dans des pièces (et des appartements) différents. Tous sont connectés, soit grâce à leur téléphone, soit grâce à un ordinateur. Tous ces jeunes gens discutent, ils ont tous des prénoms ou des surnoms crispants ("J'ai eu Ben, il est chez J.B., avec Jérèm, j'appelle Elo..."), ils parlent jeune ("genre", "ouf", "tu vois c'est quoi Les Fraises sauvages ?") et ils cherchent tous un film à regarder. Chacun y va de sa proposition. Les garçons veulent voir Star Wars ou Assaut de Carpenter, impossible pour les filles qui préfèrent Les Enfants du paradis (un miracle que les garçons ne soient pas habillés en bleu et les filles en rose). Mais l'un d'entre eux fait remarquer que Les Enfants du paradis c'est chiant. Soit.

Le meilleur moment, c'est quand un mec assis dans sa baignoire, pendu au téléphone, à deux doigts de l'accident bête, demande : "Vous voulez pas un truc plus des barres ?" La phrase est pénible. Il faut comprendre "un truc marrant" (des barres de rire !). Et là il lance, très sérieux : "La Chèvre, y'a pas La Chèvre ?". Et les autres répondent : "C'est super La Chèvre", "Ah ouais La Chèvre c'est du lourd", "On l'a déjà vu La Chèvre...". Ce ne sera donc pas La Chèvre. Ils finissent par s'entendre sur Hitchcock, mais quel Hitchcock ? Et là le con de la bande, ou le seul qui ait un peu d'humour (mais en fait il est juste con, car Klapisch, lui, n'a pas d'humour), sort : "Y'en a un avec Belmondo, A bout de souffle !". Et au lieu de le lapider, ses copains se rangent à son avis. Dernier plan du clip : une quinzaine de nos jeunes sont entassés dans quatre mètres carré (j'imagine pas l'odeur de malade dans la pièce), devant un petit écran d'ordinateur, face au génial A bout de souffle d'Albert Hitchcock.

Il n'en manque qu'un dans la pièce fétide, mon préféré, celui de la baignoire, qui est peut-être mort dans son bain, à moins qu'il ne se tape des barres devant La Chèvre en solo ? Je pense fort à lui. Je pense aussi, mais un peu moins fort, à Cédric Klapisch, plus que jamais totalement à côté de la plaque. Quelle idée se fait-il de la jeunesse qui l'entoure ? Pense-t-il sérieusement que les jeunes d'aujourd'hui ont tous vu La Chèvre et se tapent des barres de rire devant ce film, en bande, régulièrement ? Sur quelle planète Klapisch habite-t-il pour être convaincu que le film comique de référence, la comédie du consensus, qui fait lien, chez les jeunes, en 2016, est La Chèvre ?

De façon plus générale, Klapisch croit-il parler à une quelconque jeunesse avec ce spot ? Il ne peut pas être assez bête pour essayer de convertir le jeune lambda à la cinéphilie avec cette pauvre pub. Il s'adresse par conséquent aux jeunes déjà cinéphiles, qu'il prend néanmoins pour des cons puisque tout en connaissant Les Enfants du paradis ou Accatone ils confondent rien de moins que Godard et Hitchcock. Lui-même à peut-être tendance à se confondre, quand il conclut son petit film en écrivant sur l'écran, façon Godard, "VOIR / LE CINEMA / AUTREMENT". Et VOIR / LA JEUNESSE / AUTREMENT, ça lui dirait pas ? Que faut-il comprendre ? Qu'est-ce que c'est au juste que cet "autrement" ? Voir le cinéma sur un petit écran dans une chambre d'étudiant ? C'est plus ou moins comme ça que la jeunesse voit le cinéma depuis au moins 30 ans... Alors ça veut peut-être dire : en arrêtant de télécharger illégalement, en respectant les auteurs et les producteurs, et en acceptant de payer 3 ou 4 euros pour voir un Godard sur son ordinateur. Mais quel jeune de 16 ans fait ça au juste ? Et à quel moment Klapisch évoque-t-il l'éventuel intérêt de l'aspect payant de l'entreprise dans son clip hideux ? Pire, plus contreproductif que jamais, Klapisch achève son clip sur la bande de jeunes qui semble au bord du suicide collectif devant A bout de souffle. Que c'est enthousiasmant. Que c'est triste, surtout, de voir quelqu'un se débattre pour attirer la jeunesse quand il est à ce point incapable de se la représenter, même vaguement. 


_____________________________


26 mai 2016

Cannes 2016 : Antoine Doinel, Antoine Doinel, Antoine Doinel, Antoine Doinel...

Voici, en images, les deux seuls moments que nous retiendrons de tout le festival de Cannes 2016 :




_____________________________


27 février 2016

Les César 2016 : Rasoir... miroir...

Hier soir avait lieu la 41ème cérémonie des César. Et comme chaque année, on a atterri devant. Et comme chaque année, vers minuit (ou 3h du matin l’an dernier), on s’est demandé pourquoi. Que retenir de positif dans cette longue soirée étrangement apolitique mais surtout trop peu encline à l’humour et aux débordements en tout genre ? Deux bonnes nouvelles : le Dheepan de Jacques Audiard n’a rien reçu, et d’une, de quoi dormir sur ses deux feuilles en estimant le crime commis par le jury cannois de cette année à demi-réparé (façon de causer : c'est irréparable !). Mais surtout, Arnaud Desplechin a obtenu le César du meilleur réalisateur, son premier César. Il était temps. Pour le reste, soit nous n’avons pas vu les films (notamment Fatima, César du meilleur film), soit c’était sans surprise (Vincent Lindon César du meilleur acteur, Mustang César du meilleur scénario, Marguerite pour les décors, les costumes et la meilleure actrice), quand ce n’était pas triste (Birdman meilleur film étranger), ou idiot (Michael Douglas César d’honneur pour la 2ème fois… même si son discours était plutôt pas mal, le savoir-faire des ricains !).

Quoi d’autre ? Florence Foresti, maîtresse de cérémonie, s’est offert un mini-spectacle, parfois sympathique, souvent anodin. Claude Lelouch, président, s’est envoyé des douches de fleurs en recommandé, sous couvert de grande modestie, comme d’habitude. En matière de remettants, rien de bien croustillant. Louane Emera a de nouveau fait pitié. Déborah François a bien morflé. Marie Gillain n’a rien paumé. Zabou Breitman et Pierre Deladonchamps forment toujours un beau couple. Juliette Binoche est toujours au zénith, tout comme le chanteur de Christine and the Queens. Pat’ Bruel, Matthias Schoenaerts et Gilles Lellouche ont toujours l’air aussi cons… A l'ouest rien de neuf. En revanche nous sommes heureux d’avoir pris des nouvelles de Christophe Lambert, dont le discours était aussi parfait que bouleversant. D’abord parce qu’il avait une poutre apparente énorme dans le froc, du début à la fin, qui nous rappelle qu'il reste un animal. Ensuite parce qu’il nous a délecté de cette diction formidable héritée des séances d’orthophonie intensives dans ce classique qu’est Greystoke (souvenez-vous de la scène où Lambert répétait « Miroir… Rasoir… Miroir… Rasoir… »). Notre bon Christophe, ex enfant-sauvage, n’a rien perdu de sa qualité d’élocution, pondant une novlangue à chaque phrase. Putain de génie…

Ah, pour finir sur une note moins gaie, évoquons la nécrologie annuelle : une honte. Comme chaque année, on a droit à deux petits magnétos, présentés au début et à la fin de la liste des disparus, consacrés aux figures les plus « importantes » parmi celles qui ne sont plus. Qui a eu droit à cet honneur cette année ? Michel Galabru, bon, soit, c’était un pilier de l’actorat français, qui a joué dans beaucoup de films populaires. Mais surtout Andrzej Żuławski (c'est bien le mec surtout connu pour avoir pécho Sophie Marceau quand elle créchait au 15, allée du Mont Olympe, Résidence Le Très Haut, 99 999 Paradis Terrestre ?!)… Tandis que Jacques Rivette a juste eu droit à une photo parmi cent autres. On m’explique ? Jacques Rivette, Andrzej Żuławski… qui en prime était polonais ! A ce compte-là, pourquoi pas Chantal Akerman, Wes Craven ou Manoel de Oliveira, respectivement portugaise, malgache et belge ? Il fallait juste clamser en dernier ? Bon à savoir. Notez-le, les vioques, il faut mourir fin février pour avoir droit à son hommage. Si vous êtes ricain c’est plus simple, pas la peine d'être mort, et peu importe votre taff dans le cinéma, star internationale ou simple chef électricien, prévoyez juste un petit séjour à Paname le dernier week-end de février et larguez un sms à Terzian pour le prévenir de votre passage si vous voulez recevoir un César d’Honneur devant un parterre de Français en transe.



_____________________________


13 septembre 2015

Sam Peckinpah, le dernier bagarreur

Depuis le 2 septembre et jusqu’au 11 octobre, la Cinémathèque Française, à la suite du festival du film de Locarno, rend hommage à Sam Peckinpah en organisant une vaste rétrospective de son œuvre. L’événement donnera l’occasion à certains chanceux non seulement de revoir les films du cinéaste sur grand écran, entre deux conférences, mais aussi de découvrir tous les épisodes de séries télévisées que Peckinpah a réalisés et qui, paraît-il, valent leur pesant d’or. Pour accompagner cette belle initiative, les éditions Capricci viennent de faire paraître une monographie consacrée au cinéaste, comme d’habitude magnifiquement illustrée et qui propose des analyses, des récits de tournage ou encore un entretien inédit avec le grand Sam. De notre côté, nous vous proposons une critique du relativement méconnu Coups de feu dans la Sierra, qui vient s'ajouter aux billets déjà publiés sur La Horde sauvage, Pat Garret et Billy le kid, Apportez-moi la tête d'Alfredo Garcia, Le Convoi et Osterman Week-end. Bref, voila de quoi pousser les deux portes battantes du cinéma de Peckinpah pour s’en imbiber comme jamais.



_____________________________


23 juin 2015

Laura Antonelli, divina creatura

Loin de moi l’idée de faire de cette page « édito » une rubrique nécro, mais comment ne pas rendre un énième (et non ultime) hommage à l'adorée Laura Antonelli, disparue hier, lundi 22 juin 2015,  à l’âge de 73 ans. J’ai déjà dit mon amour pour l’actrice italienne à plusieurs reprises, au détour d’articles sur Ma Femme est un violon et Malizia (respectivement signés Pasquale Festa Campanile en 71 et Salvatore Samperi en 74), deux de ces comédies érotiques italiennes des années 70 non dépourvues de qualités mais que l’incroyable madone, « tête d’ange sur un corps de pute » (pour reprendre l’expression de Chabrol, qui fit tourner Laura, aux côtés de Jean-Paul Belmondo, son mari pendant un temps, dans le plutôt mauvais Docteur Popaul), sut à elle seule, par la grâce infinie de ses charmes et l’offrande aussi généreuse qu’émouvante de sa sublime nudité, élever au rang de classiques inoubliables du genre.

Laura Antonelli fait probablement partie des plus belles femmes jamais apparues sur un écran de cinéma, et compte parmi les plus grandes égéries des cinéastes érotiques italiens (ou mondiaux), régnant sans difficulté sur ses concurrentes, parmi lesquelles une camarade pourtant aussi resplendissante que Stefania Sandrelli, ou une rivale aussi estimée qu’Edwige Fenech (battue sans forcer). Sorte d’Eve rêvée, prima donna du cinéma de charme frivole et malicieuse, incarnation de tous les fantasmes connus, Laura Antonelli est devenue, à mes yeux et sans doute pour beaucoup d’autres, une sorte d’idéal érotique, qui aurait pu et dû avoir sa place dans n’importe quel film prétendant porter dignement cette étiquette, et qui aurait surtout mérité qu’on lui accorde une plus belle place dans un cinéma d’auteur moins trivial, comme Visconti sut le faire. Au lieu de quoi la fin de sa carrière et de sa vie furent terribles, comme on le sait. Mais nulle envie de revenir là-dessus. Révérons plutôt, et sans mesure, la beauté tous azimuts d’une actrice sans pareille.



_____________________________


06 avril 2015

Manoel de Oliveira, l’énigme

Manoel de Oliveira est mort le 2 avril 2015, à l'âge de 106 ans. S’il est un âge auquel mourir n’a plus grand chose d’énigmatique, c’est peut-être celui-là. Et pourtant, on avait fini par trouver normal que Manoel de Oliveira, avec sa canne et son air rieur, survive au temps, lui qui a filmé tant de paradoxes temporels et de figures immortelles. Ses derniers films, parmi les plus poétiques et les plus vivants qu’il nous ait été donné de voir ces dernières années, laissaient croire à une sorte de jeunesse éternelle pour un cinéaste justement fasciné, dans L’Etrange affaire Angelica, par la figure miraculeuse d’une demoiselle défiant la mort de son sourire. Si bien que l’annonce du décès du plus grand cinéaste portugais nous est arrivée comme une douloureuse surprise. Douloureuse parce que c’est aussi une privation. Nous ne verrons pas les prochains films du maître. Il faudra se contenter de ceux qu’il a réalisés entre 1931 et 2014.

Les hommages et les rétrospectives vont fleurir, et il faudra en profiter pour découvrir ou mieux explorer l’oeuvre exceptionnelle du cinéaste, dont le dernier moyen métrage, Le Vieillard du Restelo, sera diffusé sur Arte dans la nuit du jeudi 9 avril, à 00h20. Dans cet ultime film, de Oliveira « réunit, sur un banc du 21ème siècle, Don Quichotte, le poète Luis de Camões, les écrivains Teixera de Pascoaes et Camilo Castelo Branco ». On peut rêver d’un film (mais on se contentera d’y rêver, sous peine de le voir réalisé par Léa Fazer, comme le récent Maestro) qui réunirait, sur un semblable banc, trois cinéastes des 20ème et 21ème siècles : Eric Rohmer, mort en 2010 à l’âge de 89 ans, Alain Resnais, qui nous a quittés l’an passé, à l’âge de 91 ans, et Manoel de Oliveira, doyen des sublimes vieillards du 7ème art.



_____________________________

12 février 2015

Les larmes amères de Lellouche et Dolan

Dans une dizaine de jours auront lieu les annuelles cérémonies des César et des Oscars, et comme souvent, la petite période qui sépare l’annonce des « nominés » du fameux jour J donne l’occasion à quelques pleureuses de la ramener. Xavier Dolan (ça se prononce comment déjà ? Ah oui, on s'en tape) ne comprend pas que son Mommy ne soit pas en lice pour remporter un Oscar. Il affirme : « Qu’on ne soit pas aux Golden Globes est une chose, mais qu’on ne fasse pas partie des neuf films étrangers de la shortlist pour les Oscars, c’est… comment dire… spécial. C’est très ostracisant et un peu humiliant. (…) Je ne peux pas croire que par hasard le film ne s’est pas retrouvé là, je crois que c’est une décision. C’est un film qui est conçu selon le paradigme scénaristique américain typique : acte 1, acte 2, acte 3, acte 4, résolution du conflit. C’est un film américain ». Le jeune homme voulait concourir dans la catégorie des films étrangers et justifie son courroux en prétendant que son film est américain. Outre l’incohérence, on s’étonne de cette dernière phrase, qui sonne bizarrement comme un aveu pathétique d’enfant capricieux : « J’ai tout fait pour leur plaire et ils me boudent ».

Nous ne sommes pas mieux lotis. C’est même un sport national chez nous que de venir chialer parce qu’on n’a pas été sélectionné. On se souvient encore de Dany Boon qui s’était plaint que son film en carton, véritable carton au box-office, ne fut pas d’office annoncé vainqueur toutes catégories confondues. Remarquez, ça paye, le comique-troupier sera président de la 40ème cérémonie le 20 février… Espérons que Gilles Lellouche ne bénéficiera jamais du même privilège, car il vient de se lamenter que Cédric Jimenez (quel triste blaze pour un cinéaste), réalisateur de La French (plus gros budget français de l’année 2014 avec 21 millions d’euros au compteur), ne soit pas nommé (il l’est tout de même dans deux catégories : décors et costumes), alors que son ami est, croyez-le croyez-le pas, en ce moment, aux Etats-Unis ! Où il rencontre Matthew McConaughey ! Pour un éventuel futur tournage ! Rendez-vous compte. Gillou déplore que les Américains soient sur le point de mettre le grappin sur un de nos poulains ravi de foutre les voiles parce que les professionnels de la profession en France refusent de le consacrer dès son second film. Bien fait pour nous. Mais le pire c’est quand Lellouche assure n’être déçu que pour son copain, pas du tout pour lui-même, qui « s’en fout complètement de tout ça ». On ne s’étonnera quand même pas des masses si d’aventure on l’aperçoit, un beau jour, affichant un sourire de douze kilomètres de long et confessant que c’était son rêve d’enfant quand, car c’est à craindre, l’Académie des arts et techniques du cinéma le récompensera.

Il s’est aussi plaint (ils se plaignent décidément beaucoup tous ceux-là) que le cinéma français manque d’ambition (comprendre « de films de beaufs avec des pistolets et des moustaches », films ambitieux que la France produit tout de même à un rythme raisonnable), et nous ne le suivrons pas sur ce terrain : certes, on se fout pas mal des César, et il est à prévoir que cette nouvelle cérémonie nous collera une fois de plus les glandes, mais reconnaissons que, pour une fois, pas mal de films bons ou intéressants sont à l’honneur dans plus d’une catégorie (Saint Laurent, Sils Maria, Timbuktu, Les Combattants, Deux jours, une nuit, Bird People). Mais tous ces films sont moins ambitieux que La French, et leurs réalisateurs ne sont probablement pas sur le point de tourner un film américain, ce qui est bien triste. Sacré Gilles.



_____________________________

8 janvier 2015

Au revoir Charlie

disait Minnelli… Il y aurait beaucoup à dire sur le massacre de la rédaction de Charlie Hebdo, mais la sidération et l’écœurement sont tels face à cette énigme, des types capables d’aller tirer à l’arme lourde sur des dessinateurs, que l’on se contentera de deux images. La Cinémathèque Française, sur son compte Facebook, a très pertinemment fait parler John Ford et son Homme qui tua Liberty Valance pour réagir, d’une manière ou d’une autre, à ce qui s’est passé. Nous ferons plus trivial, mais non moins cinématographique, en vous livrant un message personnel de ce cher Warren Oates pour les deux malades qui n’ont trouvé qu’un bain de sang comme réponse à des vannes et des dessins :



_____________________________


20 octobre 2014

Anniversaire de la 1000ème critique

Déjà 1000 films critiqués sur nos pages ! L'occasion de remercier tous ceux qui ont collaboré au blog et ont contribué à nous porter vers ce beau nombre à trois zéros, mais aussi ceux qui nous lisent, assidument ou non, et qui nous ont fait partager leurs impressions sur toutes ces œuvres, ici ou ailleurs. Pour fêter ça, on a décidé de s'attaquer au plus grand film de tous les temps (selon IMDb...), soit Les Évadés, de Frank Darabont, qui pour le coup fête cette année ses 20 ans... Joyeux anniversaire à lui et à nous !



_____________________________


29 août 2014

Le Ice Bucket Challenge : trop bon, trop con.

Les stars hollywoodiennes ont encore trouvé le moyen de ne pas briller. Leur lubie de l’été ? Le fameux Ice Bucket Challenge. Se renverser des seaux d’eau glacée sur la tête et défier ses amis d’en faire autant. Passionnant. Évidemment, tout ça, c’est pour la bonne cause. Chaque participant s’engage par son geste à verser 100 dollars à la lutte contre la sclérose latérale amyotrophique. Et ça marche : il suffisait d’inciter les célébrités à se jeter de l’eau à la tronche pour qu’elles trouvent la motivation d’agir (70 millions de dollars auraient été récoltés cette année contre 2,5 l’an passé). On est en droit de se demander combien de ces généreux donateurs auraient participé si les challenges n’étaient pas filmés et diffusés sur les réseaux sociaux. Charitable oui, mais à condition que tout le monde le sache. Chaque star impliquée glane, pour la modique somme de 100 pesos et contre une douche froide, quelques points de popularité supplémentaire. La bonne aubaine. Mais il ne faut pas voir le mal partout nous dira-t-on…

La chose ne concerne pas que les acteurs et actrices, pas mal de milliardaires participent : les sportifs en sont (évidemment) très friands, ainsi que les entrepreneurs stars (Mark Zuckerberg, Bill Gates), ou les vedettes de la télé (Oprah Winfrey), et jusqu’au président Obama. Mais Hollywood est un des principaux clients du phénomène. Aussi les vidéos dégueulasses de smartphones pullulent où l’on voit cinéastes (Steven Spielberg, David Lynch…), acteurs et actrices, de Ben Affleck à Nicole Kidman en passant par Tom Cruise, Vin Diesel, Tom Hanks, Lauren Bacall (mauvaise idée manifestement…), Matt Damon, Amy Adams ou Chris Hemsworth (qui n’a rien senti : un petit glaçon se balade déjà au quotidien dans sa boîte crânienne), se faire jeter de la glace sur les épaules, hurler à la caméra que c’est bel et bien froid, et… c’est tout. Et nous sommes censés trouver ça génial. Si le comble de la vacuité n’est pas enfin atteint, on ne doit plus être loin.

Ce genre de défis idiots, avec un prétexte humanitaire à la clé, est le Graal de la pire télé-réalité, mais quand Justin Timberlake et Beyoncé s’en régalent, comment ne pas trouver ça tout à coup adorable ? En France, on a même nos émissions (ce sont celles qui marchent le plus) entièrement consacrées à ce genre de frasques misérables et de gages abrutis. Cyril Hanouna, par exemple, a bâti peu à peu tout un empire sur ce genre de non-idée, défiant tant qu’il peut les gens de faire ceci ou cela (toujours des choses complètement bêtes et en vérité humiliantes, mais tellement drôles et sympathiques !) pour ensuite refiler trois billets à telle ou telle association. Il y a, faut-il croire, un public pour se régaler de regarder des gens au fond insignifiants faire des choses insignifiantes. Dans le même esprit, mais sans la part caritative, des tas de comiques désespérants vont chez le triste Arthur le vendredi soir, car « le vendredi, tout est permis » (…), et se contentent d’y danser et d’y chanter, très mal si possible, comme bourrés aux amphétamines et à la coke, sur des chansons insupportables. Ce seul spectacle, qui n’en est un que dans la mesure où il fait sensation, suffit. Et les images se retrouvent ensuite sur youtube (leur destination réelle) où elles font des ravages. La « génération smartphone » se repait de ces petites vidéos complètement nulles où des soi-disant stars font ce que chacun fait entre amis lors de soirées arrosées (mais qui n’est drôle que si l’on participe plus ou moins), ou, pire, quand on se sait seul devant sa glace.

Mais si c’est Gad Elmaleh (chez nous) ou Will Smith (chez l'oncle Sam) qui dansent ridiculement (il n’est pas question de vrais sketches, réellement drôles, sur nos chaînes de télévision, juste d’improvisation maladroite et sans saveur) ou se fait verser des glaçons dans le dos (on attend encore le Ice Bucket Challenge qui sera vraiment hilarant et justifiera ses millions de "like" ou de "RT"), c’est évidemment le truc à ne pas rater. Deux suggestions pour rendre cette mode plus pertinente ou plus amusante : les pontes de l’industrie hollywoodienne pourraient aussi créer le Good Movie Challenge, qui consisterait à essayer de pondre un film correct, une fois dans sa vie, et ensuite à mettre tous les potes au défi d’en faire autant. Ou, version plus régressive, mais quitte à donner dans la débilité profonde autant y aller à fond, le Shit Bucket Challenge, dont je ne détaillerai pas le principe. Avouez que l’enthousiasme serait infiniment plus grand d’aller sur le web voir ces gens se faire renverser des barriques de selles sur le crâne. La plupart d’entre eux ne méritent absolument pas mieux.



_____________________________


22 juin 2014

Sur France Inter, après les travaux, le cinéma est fermé

Ceux qui comme nous se régalent chaque semaine de la géniale émission de Jean-Baptiste Thoret et Stéphane Bou, Pendant les travaux le cinéma reste ouvert, et qui, voyant les deux mois de vacances estivales s’approcher à grand pas, espéraient peut-être naïvement, joyeusement, voir l’émission repasser à un rythme quotidien, comme à son origine, viennent de recevoir une douche froide, glaciale. Il y a deux jours Jean-Baptiste Thoret annonçait sur Facebook, avec une rage contenue mais manifeste et bien naturelle, la suppression pure et simple des ondes de France Inter de l’émission chère à nos cœurs. Pour quel motif ? Faire de la place à un nouvel arrivant : Nagui. L’animateur, déjà omniprésent dans une foule de jeux et d’émissions insupportables à la télévision, pourrait bien prendre la place d’André Manoukian à la tête de cette purge radiophonique intitulée « On va tous y passer ». Et Laurence Bloch, nouvelle directrice des programmes de France Inter, de déclarer : « Dans une société atone, morose, France Inter doit détonner. Il lui faut du tempérament, une dose de mauvais goût, de l’audace. » Ajoutant même « Soyez un peu punk ! », elle embauche dans la foulée Nagui, pour présenter une énième connerie populiste vide de tout mais, on peut déjà prendre les paris, certainement remplie à ras-bord d’un humour de beauf lourdingue, et vire de l’antenne la seule émission de cinéma digne de ce nom que la radio - c’était l’un de ses arguments majeurs face à la télévision - ait été capable de produire depuis des lustres.

Portée par deux cinéphiles passionnés, érudits et exigeants, Pendant les travaux le cinéma reste ouvert nous a offert des débats enjoués, au contenu remarquable, sur des sujets aussi riches et variés que, en vrac, la représentation du capitalisme à l’écran, les bienfaits potentiels de la censure, l’à-quoi-bon des remakes, la digestion par le cinéma américain contemporain du 11 septembre, la musique ou les génériques de films, l’apport de la philosophie à la cinéphilie, la possible suprématie des jeux vidéo sur le 7ème art, l’ennui du spectateur de film, l’état de la critique aujourd’hui, la mise en scène des bourreaux, la meilleure façon de parler du cinéma aux enfants, l’enseignement du cinéma à notre époque et ses éventuels dommages collatéraux, et ainsi de suite. Avec leur bagout, leur enthousiasme et leur regard affûté, Bou et Thoret, accompagnés d’un certain nombre d’invités passionnants (de Thierry Jousse à Nicolas Saada en passant par Antoine de Baecque, Laurent Vachaud, Bernard Benoliel ou Jean-François Rauger), ont évoqué, à travers des portraits denses axés sur des problématiques originales, de grands noms incontournables, tels Ford, Lang, Hitchcock, Buñuel ou Renoir, aussi bien que des cinéastes plus rarement étudiés dans les médias et abordés avec une passion contagieuse : Jean Eustache, Hal Hashby, John Carpenter, Robert Aldrich, Yasujiro Ozu, Dario Argento ou Henry Hathaway. Nous les en avons remerciés à plusieurs reprises et les en remercierons encore longtemps. Laurence Bloch a quant à elle une toute autre façon de les remercier, faisant la honte de sa chaîne et contribuant à son tour à éjecter la critique cinématographique du débat public au profit du divertissement minable et de l’abrutissement global. Les cinéphiles exprimeront leur colère dans une pétition, qui tourne déjà beaucoup sur les réseaux sociaux (on espère encore un revirement de la part de la chaîne !), ou l’oublieront lentement en suivant de très près les prochaines aventures des Roddy Piper et Keith David de la critique, qu’elles soient radiophoniques ou non.



_____________________________

28 mai 2014

Godard / Tarantino : jeu, set et match

Cannes 2014 est passé. Qu’en restera-t-il ? Pour beaucoup sans doute, pour nous en tout cas, une chose. Quelques mots évidemment prononcés par Jean-Luc Godard. Le palmarès semble relativement correct, même si nous n’avons pas encore vu la plupart des primés, et même si le prix d’interprétation féminine offert à Julianne Moore pour son triste rôle dans le triste film de David Cronenberg aurait pu revenir, et nous n’aurions jamais cru dire ça, à Marion Cotillard, exceptionnelle dans le film des frères Dardenne (lesquels auraient encore mérité un prix, alors qu’on doute assez fortement de la légitimité de celui attribué à Bennett Miller). Mais ce qu’on retiendra de cette 67ème édition tient en un mot et deux phrases. Outre que Godard a certainement permis à pas mal de gens de (re)découvrir le sens de « faquin », mot oublié de la langue de Molière, et si cher à ce dernier, comment mieux résumer la personne de Quentin Tarantino ? Mais le plus beau c’est que Godard ne s’arrête pas là, et la suite est plus attendue mais tout aussi délectable, quand l’idole du créateur de la société de production « A bande Apart » qualifie son fanboy de « pauvre garçon », et conclut d’un génial : « Mais tant mieux s’il est heureux ». Quelle joie, un peu bête mais profonde, d’entendre ça, d’entendre Godard traiter Tarantino de pur et simple imbécile heureux. Et on n’a plus aucun complexe de s’en être félicité quand Tarantino s’enfonce, sur la scène du palais des festivals, citant tout un tas de palmes d’or passées pour conclure d’un stupide « And all those french films… ». On peut toutefois mettre à son crédit la sobriété de cette sortie. Lui qui adore lever un poing fermé et conquérant en signe de victoire à chaque fois qu’il se trouve quelqu’un pour lui remettre un prix, ce qui arrive assez souvent, ou quand lui prend l’envie de hurler « Vive le cinéma ! », ce qui arrive assez souvent aussi, aurait pu tout ramener à lui, ce qui n’est pas rare non plus, et lever une nouvelle fois le poing pour reprendre la sentence de Pialat à son compte et gueuler à Godard : « Si vous ne m’aimez pas, sachez que je vous aime quand même ». Remarquez, on l’aurait presque regardé avec tendresse, ce qui n’est pas arrivé depuis fort longtemps (est-ce seulement déjà arrivé ?). Pauvre garçon, décidément…



_____________________________

22 avril 2014

Que deviens-tu, tonton Jan ?

Jan de Bont n'a rien tourné depuis plus de dix ans maintenant. On l'a pourtant successivement annoncé sur bien des projets, aussi divers que variés. Quid de Stopping Power, sur un pilote d'essai qui essaye de sauver sa fille des griffes d'un taré fraîchement échappé de taule. Quid du très excitant MEG, qui devait mettre en scène la rencontre entre un explorateur des profondeurs marines, Jonas Taylor, et le plus féroce prédateur de l'histoire, Meg Ryan, l'ancêtre du requin blanc ! Quid aussi de Mulan avec Zhang Ziyi, adaptation en prises de vues réelles de la célèbre histoire de cette jeune femme qui s'engagea dans les rangs d'une armée exclusivement masculine pour aller combattre les Huns. Quid encore du remake de Five minutes to live, film des années 60 avec Johnny Cash.

Mais rien ne sort sur les écrans. Calme plat. Où est donc passé Jan de Bont ? On sait qu'il a produit Paperboy en 2012, film de Lee Daniels, avec une Nicole Kidman en détresse à l'affiche, sélectionné à Cannes il y a deux ans. Mais c'est bien le seul signe de vie tangible que nous ait adressé le papa de Speed et de Twister en dix ans... Et forcément on s'inquiète. Certes notre homme, après ces deux petits bijoux du cinéma d'action des 90s, s'est lancé dans trois projets merdiques qui l'ont enterré vivant, mais il nous manque quand même ! Aussi lui consacrons-nous un dossier complet, pour lui prouver qu'on pense à lui et que son prochain film, aussi laid pourra-t-il être, fera minimum deux entrées sur le sol français.



_____________________________

3 mars 2014

Les génies meurent aussi

Alain Resnais est mort le samedi 1er mars 2014 à l'âge de 91 ans. Inutile de dire, car on le sait, qu'il était l'un des plus grands cinéastes français encore en activité, et qu'il fut l'un des plus grands cinéastes tout court. Son œuvre, grosse d'une cinquantaine de films, courts, moyens ou longs, comptait pratiquement autant de chefs-d’œuvre. Il faudrait revenir en détail sur chacun de ses films, d'autant plus que nous n'avons jamais évoqué que le dernier en date sur ces pages, film adoré, comme tous les autres. Mais faute d'en avoir le temps, et en attendant le dernier film du maître, Aimer, boire et chanter, qui sortira ce mois-ci sur les écrans, nous nous en remettrons à une phrase de Serge Daney, tirée de sa critique du magnifique Mélo (revoyons aussi la plus belle séquence de ce film, plaisir inépuisable), parue dans Libération le 4 septembre 1986, ainsi qu'à un photogramme tiré du plan le plus saisissant de l'admirable Cœurs

« Si la fin de Mélo est si "prenante", c'est que nous y entendons, avec une surprenante netteté, la ritournelle de tous les films de Resnais et qui, en termes abrupts, pourrait se formuler ainsi : aux morts et à eux seuls la vérité est due, les autres ne sont que des survivants. »



_____________________________

23 octobre 2013

On en aura soupé de Quentin Tarantino

Vendredi dernier, le cinéaste le plus célèbre et le plus adulé au monde a reçu, des mains de son actrice fétiche Uma Thurman, le Prix Louis Lumière 2013, décerné par Thierry Frémaux, directeur général du Festival Lumière, et Bertrand Tavernier, président de l'Institut Lumière, devant quelques 2700 spectateurs. La plupart des médias ont évidemment relayé l'information, avec l'empressement et les sourires connivents habituels dès qu'il s'agit d'évoquer Tarantino (on a même eu droit à mille et une images de l'hommage à Belmondo en début de festival, mille et une images sur lesquelles Tarantino apparaissait à tous les coups, le poing dressé devant le visage d'un Belmondo tétanisé, les doigts en V au-dessus de la tête de l'interprète de Pierrot le fou pour lui faire des oreilles d'âne, ou le menton carrément posé sur l'épaule de la star hexagonale fatiguée). Les récits de cette fameuse cérémonie à la gloire de "QT" sont légion dans tous les journaux, qui s'excitent sur le défilé de stars américaines (Frémaux a fait marcher son carnet d'adresse de malade) et surtout sur le "show" Tarantino. Rendez-vous compte, l'homme aurait dansé sur la musique de Pulp Fiction (comme à chaque fois que Tarantino apparaît quelque part et qu'un débile à la sono juge pertinent d'envoyer ce morceau, c'est-à-dire assez souvent) et Mélanie Laurent lui aurait chanté "Bang bang". Autant dire qu'on parle sans doute de la soirée la plus insupportable et horripilante de l'histoire. Mais on trouve encore des milliards de gens pour s'épater du cri final de Tarantino, lâché pour la première fois à Cannes il y a déjà un bon moment : "VIVE LE CINÉMA !". Tarantino se sent obligé de gueuler ça à chaque fois qu'il passe en France. Il a bien pigé que les journalistes français en redemandent et qu'il peut provoquer des tonnes d'érections systématiques et collégiales avec une simple phrase à la con. Normal qu'il ait la curiosité malsaine de vérifier que le tour de magie fonctionne encore sur les colonies de fans qui l'entourent. 

Tarantino s'est aussi fendu de quelques phrases de circonstance. Il a d'abord dit que "le cinéma était sa religion, et la France son Vatican", phrase qu'il doit sortir avec quelques variantes (sur le nom du pays) dans tous les bleds qu'il visite, et qui doit faire mouche à tous les coups. En tout cas les journalistes français en frétillent encore, ceux-là même qui, généralement, vénèrent Tarantino et méprisent cordialement le cinéma français dans son ensemble. Mais passons. Puis l'auteur de Death Proof a versé sa larme en disant n'avoir jamais eu de vraie famille hormis celle présente dans la salle ce soir-là, une famille ravie de lui lécher les bottes en masses. Uma Thurman n'a pas lésiné non plus sur les formules choc pré-fabriquées puisque, profitant de ce que Frémaux comparait le Prix Louis Lumière à un Prix Nobel de cinéma (ce fameux Prix Lumière a déjà été décerné à Ken Loach, Clint Eastwood, Milos Forman et Gérard Depardieu... ça ressemble plutôt au "Prix pour celui qui arrivera à se libérer et à venir le chercher à Lyon en octobre de cette année, en nous faisant l'honneur de sa présence", un peu comme le César d'honneur annuel, toujours remis au premier Américain connu de passage à Paname entre deux avions...), et se souvenant qu'Alfred Nobel avait inventé la dynamite, a qualifié les films de Tarantino de "cinémite". On a déjà hâte que tous les critiques de cinéma reprennent cette sordide formule avec délectation et contribuent ainsi à rapprocher la date de notre mort. La ministre de la culture Aurélie Filippetti a déjà écourté nos existences de quelques jours sans doute en élevant Tarantino au rang si galvaudé de Commandeur des Arts et Lettres (il rejoint le petit cercle fermé des nobles privilégiés, aux côtés entre autres de Josiane Balasko) et en lui affirmant : "Vous avez déclaré votre amour pour le cinéma et à la France, sachez que la France vous aime aussi". Nous nous inscrivons en faux contre cette assertion à l'emporte-pièce, du simple fait de notre nationalité française. Aurélie Filippetti mériterait qu'on l'attaque en diffamation. 

Le réalisateur a clôturé son speech en disant avoir quatre idées de films dans sa besace et en annonçant qu'il arrêterait sa carrière d'ici une dizaine d'années (il a 50 ans), pour ne pas terminer comme un "vieux boxeur" pathétique. Ce type d'annonce débile est souvent le fait des pires cinéastes (de Soderbergh, qui nous fait le coup chaque année, voire chaque mois, à Luc Besson, qui n'a pas tenu sa promesse). Mais pire encore, Quentin Tarantino, qui a reçu le Prix Louis Lumière pour l'ensemble de son œuvre mais aussi pour avoir rendu "un acte d'admiration pour le cinéma" (?), et dont la très grande culture cinématographique a été une fois de plus soulignée par Frémaux et Tavernier, ignore apparemment qu'un grand nombre de génies du 7ème art ont fait, et font encore, des chefs-d’œuvre à des âges très avancés. Pour ne citer que quelques exemples : Hawks (Rio Bravo à 63 ans), Ford (L'homme qui tua Liberty Valance à 66 ans), Kubrick (Eyes Wide Shut à 70 ans), Buñuel (Cet Obscur objet du désir à 77 ans), Bergman (Saraband à 85 ans), Rohmer (Les Amours d'Astrée et de Céladon à 86 ans), sans compter ceux qui tournent encore des merveilles à 91 ou à 104 ans, tels Alain Resnais ou Manoel de Oliveira. On conseille donc plutôt à Quentin Tarantino d'arrêter de faire des films pendant dix ans, pour nous foutre la paix déjà, parce qu'il est de toute façon au sommet du monde après 8 films, aussi, histoire encore de faire croître l'admiration déjà faramineuse de ses fans, et enfin, et surtout, pour recommencer à tourner quand la sagesse l'aura gagné...



_____________________________

10 septembre 2013

Comme un relent de Reagan...

On savait que le cinéma hollywoodien tournait en rond, et à vrai dire les sorties consécutives de La Chute de la maison blanche et de White House Down ne font que perpétuer une tendance vieille comme le monde. A croire que quand un type livre un script potentiellement gagnant à un studio, le studio d'en face s'empresse d'engager un tocard pour écrire le même scénario à la virgule près et pour le monter en parallèle, histoire de sortir son film avant celui du concurrent ou juste après (on évoquait il y a quelques jours Armageddon et Deep Impact, mais les exemples sont nombreux, en voici quelques uns). On se retrouve donc régulièrement avec deux films parfaitement similaires qui sortent en salles à une ou deux semaines d'intervalle : même titre, même sujet, même affiche. Seul l'acteur change, encore que…

Mais une autre tendance se fait jour ces temps-ci, et plus particulièrement cet été, marquée par la sortie des deux films cités plus haut et de L'Aube rouge de Dan Bradley, un autre symptôme de la boucle infernale dans laquelle continue de s'enliser Hollywood puisqu'il s'agit du terrible remake d'un mauvais film de John Milius sorti en 84. Jean-Baptiste Thoret et Stéphane Bou s'interrogeaient vendredi dernier dans leur excellente émission "Pendant les travaux le cinéma reste ouvert" sur le prétendu "fascisme" de sieur John Milius. Une chose est sûre, le papa de Conan le barbare était ouvertement droitier, vouait un culte malsain à la guerre sous toutes ses formes autant qu'à l'héroïsme patriotique, et son Aube Rouge était un pur film de propagande sorti sous Reagan et reaganien à ras-la-gueule. Que ce film soit remaké aujourd'hui n'est pas anodin, car on sent flotter comme un vieux relent de reaganisme dans les nouveaux blockbusters hollywoodiens.

Et non seulement dans un film tel que L'Aube rouge mais aussi dans ces films jumeaux cités plus haut, respectivement signés Antoine Fuqua et Roland Emmerich, le papa d'Independance Day (et du futur Independance Day 2) qui a largement influencé le récent Pacific Rim, que l'on pourrait, pour partie, ranger dans la mouvance nauséabonde dont il est question ici. La Chute de la maison blanche et White House Down, comme leurs titres tout en nuances l'indiquent, pérorent en chœur sur une attaque providentielle de la sacro-sainte Maison Blanche et fantasment une attaque du sol américain (un coup de ces satanés Coréens dans La Chute de la maison blanche, comme dans L'Aube Rouge, et c'est carrément la guerre froide qui nous remonte au nez…) pour redorer leur blason, légitimer à rebours leurs propres politiques d'invasions et se mettre dans la peau des victimes, pleines de panache et quoi qu'il arrive indestructibles.

Un peu comme à la grande époque de l'acteur, président et toujours cowboy Ronald Reagan, on nous ressert aujourd'hui, sans se cacher, une tripotée de blockbusters à grand spectacle, avec ce que cela implique d'explosions en nombre maximum, de véhicules détruits et de bâtiments écroulés à l'écran, dans le plus pur style de ce qu'on appelle "destruction porn", bourrés d'idéologie et de schémas simplistes. Outre les hélicoptères et les avions qui se crashent à longueur de séquences dans des feux d'artifices pyrotechniques dernier cri, le retour au cinéma des années Reagan, si l'on se fie à l'ouvrage dirigé par Frédéric Gimello-Mesplomb sur le sujet, c'est aussi le retour, bien évidemment, du héros maousse costaud, véritable Action Man, bodybuildé et blond de préférence (Chris Hemsworth dans L'Aube rouge ou Charlie Hunnam dans Pacific Rim en sont la quintessence). Ce bel et viril héros reaganien s'est fait tout seul, il vient d'en bas (ancien soldat pour Hemsworth, maçon pour Hunnam, garde du corps pour Butler, agent de sécurité pour Tatum), et c'est par son obstination, son abnégation et son courage qu'il parvient à ses fins : se battre, presque seul, contre une force multiple et justement imbattable afin de sauver l'humanité (américaine) toute entière. Ce héros, travailleur qui doit tout à son mérite et guerrier hard-boiled qui remporte toujours la manche à la fin des fins, est, comme à la grande époque, l'incarnation du rêve américain. Et ça peut poser question quand ledit héros est systématiquement interprété par un mannequin blanc (le noir, quoique sis à un haut poste de responsabilité, et toujours très sympathique de sa personne, est encore souvent au second plan, de Morgan Freeman, vice-président des États-Unis, au mieux loti Jamie Foxx, carrément Président des USA - Obama oblige - converti sidekick maladroit de Channing Tatum). A nous de nous identifier à un figurant de pub pour mousse de rasage parachuté star hollywoodienne, très musclé (c'est un invariant), et portant sur ses épaules carrées une tête ronde ou carrée affublée d'yeux souvent très rapprochés et de grandes oreilles fréquemment décollées.

Et notre homme n'a pas seulement l'air con, il en a aussi la chanson. Il faut voir, dans la bande-annonce de White House Down, Channing Tatum littéralement effrayé à la vue d'une bibliothèque, et rechignant à y entrer par crainte de côtoyer des livres ! C'est de l'humour certes, et pas drôle, mais ça en dit long. Notre homme est un débile achevé, un corps vide, par où l'on revient à la glorification douteuse de l'enveloppe masculine gonflée aux amphétamines de l'époque des boxeurs et des catcheurs devenus stars de cinéma, sauf que Chris Hemsworth et Channing Tatum ont remplacé les Stalone et autres Schwarzy des années 80, et que le le sens de l'humour et l'autodérision dont ces derniers savaient faire preuve de temps à autres, et dont ils font aujourd'hui leur fond de commerce, nos jeunes trépanés actuels en sont bien dépourvus. A l'image des films qui les mettent en scène.

La régression qui s'opère et se densifie sous nos yeux a de quoi faire frémir, et se traduit d'ailleurs aussi par un recours morbide et ironique aux vieilles gloires du passé, qui ne se lassent pas de leurs petits vannes sur la retraite, le cholestérol ou l'arthrite pour nous faire rire à gorge déployée : Schwarzenneger dans Le Dernier Rempart, Tom Cruise dans Jack Reacher, Bruce Willis dans Red 1 et 2, dans G.I. Joe : Conspiration ou encore dans Expendables, fleuron du genre qui réunit tous les macchabées des décennies passées. C'est peut-être Die Hard qui résume le mieux l'affaire en tant que vieille franchise de films d'action de qualité affublée de deux suites immondes dont la dernière mouture tente de placer un McClane junior entre les pattes d'un Bruce Willis ridicule, j'ai nommé Jack McClane, incarné par Jai Courtney, une énième tête ronde interchangeable d'idiot sans personnalité ni charisme. Car les "héros" d'aujourd'hui, non contents d'être portés par des acteurs sans envergure, véritables pantins musclés, sont aussi écrits par des scénaristes aux abois, incapables de donner de l'épaisseur à leurs personnages, convaincus qu'une ou deux répliques à la con suffisent à nous les faire aimer, et sont, au bout de la chaîne, filmés par des faiseurs dénués de tout talent, de toute idée, voire de tout respect pour leurs aïeux, leur propre travail et leur public.

On aboutit forcément à des daubes intégrales destinées à un public adolescent et qui, à force de scénarios catastrophes et d'héroïsme tapageur, s'échinent à fournir à ce jeune peuple états-unien des raisons d'aimer le drapeau, voire peut-être, qui sait, de vouloir mourir pour lui en héros, tout en conditionnant l'ensemble des jeunes cerveaux de la planète, abreuvée au sein de cette sainte Amérique en mission pour la paix, la démocratie et la liberté quoique victime chronique d'obscurs terroristes machiavéliques plus ou moins bridés ou bronzés. Ce retour dangereux vers l'époque sans doute la plus indigne du cinéma hollywoodien nous offre quelques resucées mal fagotées des meilleurs films de la période (bientôt un nouveau RoboCop, et un Terminator 5), des remakes pires encore que leurs affreux originaux (L'Aube Rouge, voire Pacific Rim, quitte à énerver les fans…), et des relectures très orientées de films d'action, pour le coup, de haute volée (les deux "White House" reprennent le schéma des Die Hard originaux, comme si rien d'autre n'existait). Au final, cette petite vague de blockbusters hollywoodiens contemporains nous rappelle les sombres heures du genre, et tendent même à se montrer plus radicaux encore que certains des pires titres bas du front des années 80 dans leur glorification du héros populaire américain obligatoirement guerrier, musclé et écervelé, leur manichéisme absolu (les gentils et puissants héros américains contre les dangereux et médiocres méchants orientaux), leur propagande revendiquée (à coups de Maison Blanche sanctifiée tel l'ultime rempart de la liberté, et de Stars and Stripes fièrement dressé), leur paranoïa échevelée et leur patriotisme pur et dur.



_____________________________

28 juillet 2013

On a retrouvé le septième art !

Ce n'est pas nouveau, il ne faut rien attendre ou presque des sorties ciné en été, sauf si vous consentez à payer pour voir les gros blockbusters décérébrés de l'année, ceux qui obstruent la plupart des conversations ciné sur la toile. Ces films, Pacific Rim en tête, dont on sait qu'ils vont très certainement être à chier mais qu'on accepte parfois d'aller voir en s'étant au préalable délesté de son cervelet afin de participer aux discussions entre amis et dans l'espoir, quand même, toujours, aussi maigre soit-il, d'en prendre plein la vue de façon pas totalement indigne.

Mais quelles sont les autres options qui s'offrent au cinéphile en cette lourde et harassante période estivale ? D'abord, et le mot l'appelle, les festivals ! Il y a eu en juillet La Rochelle, dont on vous a pas mal parlé (ici et ), il y a eu le FID de Marseille, Paris Cinéma, il y aura en août pas mal de projections en plein air dans les cinémathèques ainsi que, pour les parisiens, à La Villette, mais aussi le jeune festival d'Angoulême et le bien rôdé festival de Locarno, en Suisse. Sans parler, fin août début septembre, du festival de Deauville ou de la Mostra de Venise, qu'on ne présente plus.

Et puis, en dehors des salles, on peut se réfugier sur sa télé, en déclinant l'offre des TF1 et consorts, qui nous refourguent comme chaque année les mêmes trilogies de la 7ème compagnie (dont on ne se demande plus tellement où elle est passée) et autres marronniers estampillés De Funès (qui ne cesse chaque année de péter au clair de lune en attendant son ami Villeret), quand ils ne se contentent pas de nous gaver de télé-réalité ou de jeux débiles pour mieux abrutir les foules déjà assommées par la chaleur. Préférez évidemment Arte, ses rétrospectives, notamment celle consacrée à Buñuel en juillet qui nous a régalés, ou ses programmations ponctuelles (récemment La Dentellière et Jackie Brown, bientôt Pique-nique à Hanging Rock ou Smoke). Mais il y a aussi la radio, avec notamment l'excellente émission ("Pendant les travaux le cinéma reste ouvert") du duo Jean-Baptiste Thoret et Stéphane Bou, qui les samedi et dimanche, entre midi et deux, débattent de sujets passionnants (récemment des émissions sur Shining, Polanski, McTiernan ou Aldrich) et reçoivent des invités de renom. Et puis enfin il y a internet, où l'on peut dénicher tout un tas de documents relatifs au cinéma devant lesquels passer du bon temps. Je pense par exemple à Où va le cinéma ?, site du Centre Pompidou qui contient pas mal de vidéos et de conférences intéressantes, ou au site consacré aux Master Class du Forum des Images, avec entre autres Lucas Belvaux, James Gray, Agnès Varda ou Francis Ford Coppola à l'affiche. Ce ne sont que quelques conseils en passant, pour se nourrir de ciné malgré tout, mais il existe bien d'autres alternatives que nous vous laissons le soin de débusquer ou d'inventer.



_____________________________

8 juin 2013

Les actrices ne sont plus aimables.

Dans les Cahiers du Cinéma de mai 2013, on peut lire un entretien avec Léa Seydoux intitulé : "Les acteurs ne sont plus aimés". Quand on lit l'interview on se rend compte que l'actrice accuse directement les réalisateurs par cette sentence, auxquels elle reproche de lui donner des lieux communs à jouer et de ne pas savoir la regarder, de ne pas lui donner "le sentiment d'être vue". Comment ne pas frémir devant la prétention de ces propos, surtout de la part de la petite-fille du président de Pathé qui, à 27 ans et en 7 ans de carrière seulement, sans avoir fait montre jusqu'ici d'un talent inouï pour la comédie, peut se targuer d'avoir joué entre autres avec Nicolas Klotz, Catherine Breillat, Bertrand Bonello, Christophe Honoré, Quentin Tarantino, Ridley Scott, Raoul Ruiz, Woody Allen, Benoît Jacquot, Abdellatif Kechiche et Wes Anderson. Comment ne pas s'inquiéter de l'arrogance de cette jeune femme qui se plaint de n'être pas suffisamment aimée quand les cinéastes du monde entier et parmi les plus reconnus se l'arrachent par on ne sait quelle opération du Saint-Esprit ? Y compris les grands studios hollywoodiens, qui l'engagent carrément à l'aveugle, et l'adorable Léa Seydoux de s'en étonner en interview, quand on lui demande comment elle s'est retrouvée au casting de Mission Impossible 4 : "Il s'est passé un petit miracle, je n'ai même pas eu à passer le moindre casting !". Un vrai petit miracle oui…

Dans le même entretien, Léa Seydoux, qui n'a décidément pas la langue dans sa poche, déclare : "Le cinéma américain m'a appris à fabriquer du rêve. Et le cinéma américain fait rêver. Plus que le cinéma français. Je ne pensais pas ça avant, j'en viens à cette conclusion. En France, faut pas être trop mystérieux, faut pas être trop beau, faut être juste friendly. Être monsieur tout le monde, c'est ça le truc". Suite à cette petite leçon de choses, Léa Seydoux a suivi ses propres préceptes en apparaissant plus nature que jamais aux côtés de sa collègue Adèle Exarchopoulos, co-star de la dernière Palme d'Or du festival de Cannes, sur le catastrophique plateau de Michel Denisot dans Le Grand Journal, et plus particulièrement dans la bien triste Boîte à Questions, où les deux jeunes femmes se sont montrées d'une vulgarité crasse. Passe encore pour Adèle Exarchopoulos, dont la débilité manifeste sera pour l'occasion mise sur le compte de son jeune âge (19 ans), même si l'on reste pantois devant cette jeune actrice à peine éclose et déjà si sûre d'elle, si à l'aise, comme chez elle, incapable de faire preuve de la moindre retenue ou de la plus petite discrétion. Quant à Léa Seydoux, si mature qu'elle donne des leçons de vie dans de grandes revues, et dont l'expérience cinématographique équivaut déjà étrangement celle d'une star internationale à la retraite, elle nous a véritablement fait honte. Comment peut-on se plaindre de ce que la France rejette soi-disant le mystère et la grâce des actrices et se répandre à ce point sur le plateau de l'émission la plus regardée en se comportant sans la moindre gêne comme une authentique adolescente trépanée ?

Mais, contrairement à ce que prétend Léa Seydoux, l'Amérique n'est pas mieux lotie. Que l'on songe à la star Scarlett Johansson, dont on se demande bien, là encore, sur la base de quel don elle a pu se bâtir une carrière pas négligeable. La réussite est donc possible malgré un talent si maigre et une soi-disant beauté fabriquée de toute pièce. On a tous pu voir la star cul nu devant le miroir de sa salle de bain, en train de se prendre en photo avec son téléphone. Mais elle n'y était pour rien, l'a regretté aussitôt, et a intenté tous les procès du monde pour punir les salauds qui ont volé son mobile et partagé ce pathétique auto-portrait. En revanche, Scarlett Johansson ne voit aucun inconvénient à diffuser elle-même des tas de photos monstrueuses où on la voit notamment exhiber un tatouage proprement hideux idéalement placé sur son flanc. Et si ce n'était que ça… Dans son immense débilité, si ce n'est pas pure cupidité, l'actrice poursuit désormais l'éditeur français JC Lattès pour avoir publié le dernier roman de Gregoire Delacourt (publicitaire et écrivain (!), auteur du best-seller de supérettes La Liste de mes envies), dans lequel intervient un sosie de Scarlett Johansson et où la star est, selon l'auteur lui-même, vantée pour "sa beauté, son intelligence et sa filmographie" (ce qui achève d'attester le mauvais goût de cet écrivain). Johansson, dans sa grande sagesse, attaque le romancier et demande réparation pour violation et exploitation frauduleuse des droits de la personnalité. Petit conseil aux écrivains contemporains : au lieu de citer une pareille abrutie, certes populaire, faites comme Christian Gailly, qui rend directement hommage à un cinéaste de talent tel que Jim Jarmusch dans son dernier recueil de nouvelles et qui, jusqu'à nouvel ordre, n'a pas encore été placé en garde-à-vue. Ces stars de pacotille ne sont pas dignes de notre admiration, et au lieu d'accuser les cinéastes (sachant qu'elle ont tourné avec quelques maîtres...) de ne pas savoir les regarder, elles devraient s'interroger non seulement sur leurs véritables talents mais sur la simple capacité des actrices d'aujourd'hui à savoir se faire tant soi peu aimer du public.



_____________________________

04 mai 2013

Le dévoiement des artistes par la publicité : à quand Hitchcock dans une pub pour Slim Fast ?

Que reste-t-il de nos génies ? Quand on travaille avec des enfants et qu'on s'interroge sur la façon dont ils perçoivent les grandes figures de l'art, on a parfois quelques surprises. Un garçon de 4ème m'annonçait l'autre jour que son prof de français avait fait voir à sa classe La Mort aux trousses. Ravi d'entendre ça, étonné aussi de constater que ce jeune homme avait absolument tout compris de l'histoire et pouvait la résumer de A à Z (alors qu'il m'a personnellement fallu quelques visionnages), j'étais surtout rassuré, car d'autres gamins du même âge m'avaient dit la veille qu'un professeur moins avisé venait de leur passer La planète des singes : les origines. Enthousiaste donc, j'ai demandé à ces jeunes gens ce qu'ils savaient d'Alfred Hitchcock. Pas un seul n'avait la moindre idée de qui se cachait derrière ce nom, sauf une gamine qui a fini par me demander : "Ah c'est pas lui qui fait la pub pour Citroën ?". Ô rage, Ô désespoir…

On devrait interdire, formellement interdire, tout usage publicitaire de l'image d'un artiste post-mortem, et faire des procès aux enfoirés qui usurpent par exemple l'image de John Lennon ou de Marylin Monroe dans des pubs "anti-retro" qui leur font dire "Arrêtez de vivre dans le passé"… (ironie de quelques génies du marketing ou pure connerie ? J'opte pour la deuxième option). Les marques qui s'approprient des cadavres (lesquels sans doute leur auraient volontiers craché à la gueule s'ils étaient encore chauds, avant de retourner s'enfermer dans leur tombe en en se voyant vendre de la merde à la télé), devraient être massivement boycottées. Sous peine d'ailleurs, au-delà du respect des morts, de se retrouver face à une génération pour qui Fernandel et Rellys seront des fabricants de tapenade et d'huile d'olive ou, pire, bien pire, pour qui Picasso sera une voiture et Hitchcock un vendeur de chez Citroën.

Que la pub cesse à tout jamais de marcher sur l'image des génies et de les assujettir à la vente de produits misérables ! Vous me direz que le cinéma ne fait pas toujours mieux et a ces temps-ci une légère tendance à s'essuyer les pompes sur ses plus belles égéries et ses plus grands maîtres. Je songe en particulier aux biopics récents de Marylin Monroe et d'Alfred Hitchcock réalisés par Simon Curtis et Sacha Gervasi. Une chance que les jeunes gens dont je parle ne les aient pas vus. Mieux vaut prendre Hitchcock et Marylin pour des concessionnaires automobiles…



_____________________________

03 avril 2013

Les salaires et le prix des places vont augmenter : le nombre de techniciens et de spectateurs va-t-il réduire ?

Vous en avez peut-être entendu parler, le ministère du travail a validé une nouvelle convention collective signée par Pathé, Gaumont, UGC et MK2 qui entrera en vigueur le 1er juillet et qui prévoit d'augmenter les salaires des techniciens de cinéma et de réduire leur nombre maximum sur chaque film. La plupart des professionnels de la profession s'insurgent contre cette convention qui, étant donné que les financements quant à eux n'augmentent pas, va impliquer (sans parler d'un accroissement du chômage dans le milieu) d'écourter les tournages et donc de ne plus filmer aussi librement qu'avant. On comprend surtout les craintes des petits producteurs.

Pour faire entendre leur voix, quelques uns de ces professionnels ont tourné un petit clip diffusé le 28 mars au cinéma du Panthéon à paris, qui s'ouvre par un panneau disant : "Pour le gouvernement, ces films n'auraient pas dû exister". Puis défilent un certain nombre d'extraits de films français récents. Quand on regarde ce clip, on se dit qu'au pire, si cette nouvelle convention devait bel et bien être appliquée, il suffirait peut-être de miser plus d'argent sur les projets ambitieux et dignes d'intérêt portés par des cinéastes de talent, quitte  à sacrifier toutes ces saloperies qui pourrissent nos écrans : filer plus de blé à Leos Carax pour Holy Motors, à Mathieu Amalric pour Tournée, à Céline Sciamma pour Tomboy et à Bertrand Bonello pour L'Apollonide (ne citons que les films qui apparaissent dans la vidéo), et retirer quelques fonds aux financeurs de ces purges que sont Polisse, Tout ce qui brille, Le nom des gens, La Guerre est déclarée, La Conquête, Mammuth, Les Kaïra, Séraphine, Radiostars ou Elle s'appelait Sarah. Disons que ledit petit clip n'est qu'au tiers efficace sur nous, vu que selon Il a osé! aussi ces derniers films n'auraient jamais dû exister.

Sur un tout autre sujet, Pathé, qui fait partie des signataires de la convention, a par ailleurs en décembre lancé l'opération "Pathé +" au Pathé Wepler à Paris. L'idée c'est de faire payer un supplément de 3 euros au spectateur pour accéder aux meilleures places dans la salle, supposant par ailleurs qu'il en existe de "mauvaises". Mais bien entendu on ne réduit pas le prix de ces sièges maudits, sans doute situés au "paradis", on augmente celui des fauteuils de luxe. Le cinéma, art populaire s'il en est, pourrait avec de telles pratiques se transformer en un lieu de classes, comme l'opéra ou le théâtre, avec poulailler, loges et balcons. Comme si la place de ciné n'était pas déjà suffisamment chère par les temps qui courent… Les frères Seydoux, qui ont trouvé là un excellent remède aux grands écrans HD à domicile, à la VOD et au téléchargement (il)légal, envisagent probablement par la suite de faire payer un supplément pour bénéficier d'un siège tourné vers l'écran, puis un autre pour seulement accéder à la salle et ne pas avoir à mater le film depuis le hublot de la porte d'entrée… Bref, une raison de plus de préférer les petites salles aux grandes, entre lesquelles l'écart se creuse encore.



_____________________________

21 novembre 2012

Du grand cinéma sur la petite lucarne ?

C'est assez rare pour être signalé : il y a du cinéma à la télévision. Depuis quelques semaines les cinéphiles de tout poil sont gâtés par les antennes télé. Et ce avant tout grâce à Arte, évidemment, où Olivier Père, ex-président du festival del Film Locarno et auteur d'un excellent blog critique dont nous vous recommandons chaleureusement la lecture, a pris les fonctions de directeur de l’Unité Cinéma. La chaîne, qui a diffusé Morse et Les Autres au début du mois, nous gratifie depuis le 11 et jusqu'au 23 novembre 2012 de son "Festival du cinéma". Nous avons donc déjà pu voir ou revoir des films aussi variés que Mademoiselle Chambon, Sous toi la ville, Tournée, Mammuth ou Singularités d'une jeune fille blonde. Avant-hier soir c'était au tour du sublime Le père de mes enfants de Mia Hansen-Love ainsi que de Hadewijch de Bruno Dumont, présentés par la ravissante Isabella Rossellini. Hier soir passait L'enfer des pauvres, un film allemand muet de 1929, et puis jeudi sera proposé en clôture le film bosniaque Le Choix de Luna, après la diffusion ce soir du très peu recommandable Antichrist de Lars Von Trier.

L'initiative d'Arte est appréciable, le programme du festival globalement remarquable, et nous voilà enfin nourris de cinéma à la télévision sans avoir à payer des chaînes câblées. D'autant que parallèlement d'autres chaînes semblent faire un effort, qu'il s'agisse d'M6, qui nous a gratifié d'une nuit Alien il y a peu, ou surtout de D8, la nouvelle chaîne créée par le groupe Canal, qui propose un programme cinéma intéressant, avec notamment et au milieu de films plus médiocres la diffusion récente de la trilogie du Parrain ou, dimanche soir, celle du Lady Chattereley de Pascale Ferran. Il faudra s'accrocher pour arriver à la cheville du Festival d'Arte et il faudra qu'Arte elle-même s'accroche pour rester plus ou moins et dans la durée au niveau de qualité proposé par le programme offert durant ledit festival, mais on compte sur le cher Olivier Père pour nous concocter de fameuses soirées. Hasard du calendrier ou petit soubresaut cinéphilique des programmateurs ? On l'ignore, mais ces jours-ci il y a de quoi se délecter de cinéma devant sa télé et il y a belle lurette que ça n'était pas arrivé. Espérons que cela dure au moins encore un peu et qu'apparaisse un de ces jours sur une chaîne hertzienne ou de la TNT une émission de critique de cinéma digne de ce nom, c'est-à-dire à l'opposé absolu de l'indigent et horripilant "Crash Test" du Grand Journal de Denisot.



_____________________________

13 octobre 2012

On reeeeeeeeefait les films...

Nous n'en avons pas encore fini avec la triste mode des remakes et de l'exhumation à tout crin des gloires, ou plus souvent des simples succès, du passé. Car qui dit remake dit reboot, et dit aussi suites et origines, sequels et prequels, pour une assez paradoxale industrie du cinéma américain écologique qui recycle tout ce qu'elle peut et donne pourtant plus que jamais dans la malbouffe. Si l'on devait simplement faire la liste des remakes, reboots et prequels récents les plus piteux, il faudrait y passer la nuit. On peut en citer quelques uns parmi les plus tristes : La Planète des singes les origines, Conan, Prometheus, Les Chiens de paille ou Total Recall. Mais quand il s'agit de faire la liste des remakes à venir, là c'est chaussé de gants de boxe et sous intra-veineuse qu'il faut se préparer à ériger le monument aux morts, même non-exhaustif : Man of Steel, deuxième reboot et sixième film consacré à Superman, Dredd, reboot comme son nom l'indique du pourtant pas glorieux Judge Dredd, RoboCop, Highlander, Les Tortues Ninja, Old Boy (un de ces films à succès étrangers et non-anglophones comme Hollywood aime tant à les annexer, rappelez-vous Infernal Affairs entre mille autres), Van Helsing, Les Sept mercenaires, avec Tom Cruise au casting, qui sera aussi à l'affiche de la quatrième adaptation de A Star is born, réalisée par Clint Eastwood, où l'acteur nain scientologue au sourire allbright reprendra le rôle de James Mason aux côtés de Beyoncé ou plus vraisemblablement d'une autre starlette du genre en lieu et place de Judy Garland et Janet Gaynor avant elle… On parle aussi, quoique plus vaguement, de remakes de My Fair Lady, Dirty Dancing ou Jumanji, tout y passe. Pour ce qui est des simples suites, on vient de voir sortir un énième Resident Evil, une suite-reboot de Jason Bourne, et dans les prochaines semaines déferleront un 23ème épisode de James Bond, un quatrième Paranormal Activity, la deuxième partie du cinquième chapitre de Twilight, un Die Hard 5 et un Silent Hill en 3D.

En France, on sait aussi regarder en arrière pour tourner en boucle avec intérêts financiers sur une nostalgie populaire souvent très mal placée (bientôt sortira Stars 80, un immondice filmique surfant sur la vague des revivals morbides de nos pires péchés capitaux culturels franchouillards). Si l'on n'atteint pas encore de tels sommets, on n'est pas non plus à plaindre en termes de sombres franchises puisque Taken 2, film sans doute encore plus horrible que le premier, remporte un fier succès, en attendant de voir les chiffres du quatrième Astérix et du second Pamela Rose. Mais à force de voir les Américains refaire tout ce qui a déjà été fait en raté (quand l'original est bon) ou en pire (quand il était déjà mauvais), y compris nos propres petits films français (Le dîner de cons devenu Dinner for schmucks, Pour elle devenu Les Trois prochains jours, Anthony Zimmer devenu The Tourist, et bientôt Les Liens du sang, avec Canet et Cluzet, appelé à devenir Blood Ties et Crime d'amour d'Alain Corneau déjà transformé en Passion par De Palma), on commence de notre côté à prendre le réflexe du remake de film étranger, avec Camille redouble reprenant Peggy Sue s'est mariée ou Do Not Disturb resuçant Humpday, ou le remake de film français puisque une reprise de La Boum en comédie musicale est annoncée. Après Liza Azuelos remakant son propre crime, LOL, au pays de l'Oncle Sam, LOL USA, c'est Dany Boon qui espère américaniser ses ch'tis puis son Rien à déclarer, tandis que le remake américain d'Intouchables est à peu près sûr de voir le jour et de tout écraser sur son passage, poussé au cul par le Bob Weinstein qui a déjà fait des miracles sur The Artist, un quasi remake de Chantons sous la pluie.

Mais les américains restent encore une fois les rois du business et accessoirement de la connerie. Eux qui ont depuis longtemps compris qu'il faut fidéliser le public en lui resservant toujours la même tambouille connue et appréciée, et qui autrefois le faisaient avec une industrie du cinéma de genre (films noirs, westerns, etc.), qui avait au moins le mérite de varier les scénarios et qui était parfois (souvent) magnifiée par de grands maîtres, ont trouvé un système encore plus rôdé puisqu'au lieu de produire différents films répondant aux mêmes codes ils produisent inlassablement et scrupuleusement les mêmes titres, les mêmes histoires à la virgule près, avec en revanche et quasiment à tous les coups zéro talent derrière et devant la caméra. Hollywood est plus que jamais un pur artisanat où les mêmes produits manufacturés de piètre qualité, fabriqués à la chaîne, coûtent leur belle somme de fric, en remportent si possible davantage et foncent directement à la poubelle. Pour ce qui est des suites et reboots, le film de super-héros est idéal. On se rappelle déjà difficilement de The Amazing Spider-man, pourtant rebooté trois heures après la diffusion du dernier volet de la première trilogie, idem pour Avengers, film débile par excellence consistant en un reboot spin-off de quinze autres films de super-héros et dont l'incompréhensible succès favorise encore la déferlante de guignols en costumes trois pièces, et on songe avec peine à Batman, déjà en instance de reboot sous la houlette de Nolan lui-même, qui vient pourtant de consacrer des années à réaliser une trilogie merdique consacrée à l'homme chauve-souris, (réfléchissez bien sur ces trois mots, l'homme chauve-souris)… Quant aux purs remakes, les films d'horreur sont rois : Massacre à la tronçonneuse par exemple, Halloween, Vendredi 13, Les Griffes de la nuit, The Thing (qui était déjà le remake par Carpenter d'un film d'Howard Hawks, à une époque où les remakes, chose vieille comme le monde, étaient plus rares et guidés par la passion plutôt que par l'appât du gain), et bientôt suivront Maniac, Evil Dead, Poltergeist ou encore Carrie, qui avait déjà été copié dans le bien nommé Carrie 2 : La Haine.

On pourrait se réjouir qu'Hollywood n'ait pas encore envoyé un yesman invertébré tourner le remake forcément horrible de Psychose, avec Chris Pine ou Ryan Reynolds dans le rôle de Norman Bates et Megan Fox ou Kim Kardashian dans celui de Marion Crane. A la place on aura droit à Hitchcock, le biopic du maître incarné par Anthony Hopkins, un bête film de tournage, celui de Psycho justement, avec une pelletée d'acteurs pathétiques dans les rôles principaux (on rira longtemps de Scarlet Johansson et Jessica Biel dans les peaux apparemment très extensibles de Janet Leigh et Vera Miles). Hollywood, faute de massacrer un autre chef-d’œuvre, s'en prend directement à l'image de l'artiste qui l'a réalisé. A tout prendre on préfère ça à un véritable remake atroce pour notre mémoire, notre cinéphilie et nos yeux du classique d'Hitchcock (qui avait lui-même remaké l'un de ses propres films, L'homme qui en savait trop, mais avec quel talent !), et on préfère les fermer, les yeux, sur cet Hollywood contemporain, toujours plus éloigné de son âge d'or, qui continue de consciencieusement s'enfoncer dans une impasse de médiocrité, en se rappelant pour le coup avec nostalgie le remake que fit Gus Van Sant du film d'Hitchcock en 1998. A défaut d'être un film admirable ou délectable en soi, ce nouveau Psycho se voulait un remake plan par plan post-moderne riche de sens et de propositions, une installation d'art contemporain en soi, un remake réfléchissant sur lui-même au lieu d'une insupportable copie débile et hideuse comme on en voit tant aujourd'hui, depuis pas mal d'années et, semble-t-il, pour encore longtemps...



_____________________________

8 septembre 2012

Qui veut encore être pensionnaire de la comédie à la française ?

Assistons-nous à une crise de la comédie en France ? Quand on sort de Moi député (The Campaign), le dernier Will Ferrell, et qu'on vient de méchamment se poiler, on se demande pourquoi les français sont incapables de pondre une comédie vraiment drôle, un simple film comique. Le pire c'est qu'en France on a tendance à mépriser Will Ferrell (et pas que lui, voir les insultes reçues par Adam Sandler pour le récent Jack & Jill, qui nous a bien fait rire). On trouve ça trop grossier, trop pipi-caca, trop puéril (comme du reste Brice de Nice en France, un film qui ose pourtant aller trop loin dans une ou deux scènes), trop je ne sais quoi, alors que Will Ferrell est le plus grand comique vivant et que ses films sont de loin les plus drôles sur le marché. Il ne s'agit pas de dire que les Américains sont forcément meilleurs que nous (ils ont leur lot de ratages eux aussi, et Voisins du troisième type comme The Big Year, qui sortiront respectivement le 12 et le 19 septembre, ont de fortes chances d'en faire partie) mais quelques films rayonnent régulièrement (il faut bien dire que Will Ferrell joue dans 95% d'entre eux), et quand on compare avec ce qui se fait en matière d'humour dans le cinéma français… mais y'a-t-il seulement de l'humour dans le cinéma français ?

Faut-il que la production hexagonale de cinéma comique soit morne plaine pour qu'une fois tous les trois ans, soit après 1095 jours sans rire devant un film national, le public se rende en masses dans les salles pour essayer par tous les moyens de se forcer à se marrer comme dans une thérapie de groupe devant Bienvenue chez les ch'tis ou Intouchables, deux comédies assez médiocres où une poignée de maigres gags se battent en duel quand on n'est pas directement invités à rire de force avec les acteurs hilares en présence (Dany Boon et Kad Merad d'un côté, Omar Sy et François Cluzet de l'autre) par pur mimétisme (c'est d'ailleurs la recette utilisée par nombre de comiques actuels sur scènes, Gad Elmaleh le premier, qui s'esclaffe à ses propres vannes faiblardes pour déclencher le rire du public). Qui se repasse régulièrement les deux plus grands succès français de la décennie pour se poiler ? Qui ? Quand on repense à ce triste Dany Boon qui suppliait que l'on crée une section "Comédie" aux Césars pour vaincre et amasser encore plus de pognon qu'il n'en avait déjà récolté… Au-delà de la stupidité totale de la proposition (pourquoi pas une section "Drame", une autre "Comédie dramatique", et ainsi de suite), qu'aurait-on bien pu nominer dans une telle catégorie ? A moins de ressortir Le Dîner de cons chaque année, difficile à dire… La grande comédie jambon-beurre au final ça tient sur quoi ? La Grande vadrouille ? Les Bronzés ? C'est un peu maigre. Mais aujourd'hui, à l'heure où Weber est devenu aussi tordant qu'un panneau sens interdit et où le duo Bacri-Jaoui préfère déprimer qu'écrire des dialogues savoureux, aujourd'hui plus que jamais. En somme la vraie question n'est pas tant de savoir si nous traversons une crise de la comédie en France que de se demander depuis quand cela dure.

On ne pourrait pas faire la liste des comédies françaises récentes (car le marché existe bel et bien et la production est dense) qui nous ont donné envie de nous suicider. Rien que parmi ceux qu'on a pris le temps de fusiller sur le blog : Les Meilleurs amis du monde, La Vérité si je mens 3, Les Aventures de Philibert capitaine puceau, L'Italien, L'Amour c'est mieux à deux, Poltergay, Agathe Clery… on en oublie ! Quid du Marsupial de Chabat… Et nous ne nous sommes pas attaqués au post-"esprit Canal" (Low Cost, Les Tuche, Les Daltons, Hollywoo, etc. - même si on peut noter quelques éclaircies, comme la série des OSS 117), ni à la filmo de Franck Dubosc, qui tous les six mois environ fait son retour dans une nouvelle comédie atroce. Dernièrement c'était Le Marquis puis Bienvenue à bord, deux films horriblement mauvais, incapables de nous faire sourire ne serait-ce qu'une fois, ne fût-ce que d'empathie ou de pitié pour les pauvres bougres embarqués dans de tels navets. Dubosc sera dans quelques semaines à l'affiche des Seigneurs aux côtés d'une bande de comiques de métier, tout un casting de rigolos, comme dans le quatrième Astérix prévu pour octobre, franchise qui a fait de l'accumulation stérile de soi-disant talents sa marque de fabrique, notamment dans le troisième volet de la série. Espérons que ces deux films bourrés à craquer d'humoristes ne nous feront pas trop pleurer.

On peut se le demander en voyant Au Bistro du coin, film produit par Luc Besson en 2011. Vous ne voyez pas du tout ce que c'est ? Vous n'en avez jamais entendu parler ? Normal, rassurez-vous. On l'a vu quant à nous, malheureusement, et on est peut-être les seuls. Cette pure comédie, véritable phénomène surnaturel, est déprimante à mourir. Pourtant le casting est entièrement constitué de stars du rire à la française (Fred Testot, Bruno Solo, Vincent Desagnat, Frédérique Bel, Arnaud Tsamère, Jérôme Commandeur, Eric et Ramzy, etc.). Tous ces gens ont fait du rire leur métier et pourtant il n'y a pas une vanne, pas un gag à l'horizon, rien. C'est même le film le plus cafardeux de l'histoire (ciel sombre en permanence, décors glauques, racisme ordinaire à l'endroit des freaks de province, personnages dépressifs, violents, malades, débiles et suicidaires). Cet OVNI résume peut-être à lui tout seul le mal qui ronge la comédie française : à force d'accumuler les comiques troupiers, l'humour réduit comme peau de chagrin. Finalement qui sait, on rira sans doute moins cette année devant ces bides français annoncés qui compensent leur manque flagrant d'humour et d'idées par une surcharge d'humoristes diplômés que devant Camille redouble, le nouveau film de Noémie Lvovsky programmé pour le 12 septembre, film écrit et réalisé par une auteure de comédie - au même titre qu'Emmanuel Mouret - plutôt qu'accumulant les comédiens et les sketches les plus vains.



_____________________________

2 juillet 2012

Le cinéma estival : ne te souviens pas... l'été dernier

Les vacances d'été ont commencé et avec elles la misère des sorties ciné. Les plus veinards ont mis les voiles au festival de La Rochelle et se la coulent douce entre une rétrospective Chaplin, l'attente des marées hautes et un best of de Raoul Walsh. Pour les autres il est peut-être l'heure de regarder dans le rétroviseur pour faire un bilan à mi-année, en attendant patiemment les programmations plus alléchantes de la rentrée de septembre (avec notamment le nouveau Resnais, et pourquoi pas les films de Noemi Lvovsky et Stéphane Brizé). D'ici là les navets d'été vont s'enchaîner, du Woody Allen folklo-touristique annuel aux dessins animés Pixar pour gosses en passant par les inévitables reboots, suites et remakes de blockbusters américains décérébrés en tous genres.

On va avoir droit très vite à une nouvelle franchise Spider-Man, dont la bande-annonce laisse augurer le pire, puis bientôt viendra le dernier épisode du reboot de Batman par Christopher Nolan. Plus tard suivront le remake de Total Recall avec Colin Farrell dans le premier rôle, entouré des gros culs sculptés en salle de muscu de Jessica Biel et Kate Beckinsale, casting qui dévoile déjà l'étendue du massacre, puis The Expendables 2 pourra nous achever. Sans oublier les deux purges annoncées de Steven Soderbergh, le cinéaste estival par excellence : Piégée, film d'action moribond, et Magic Mike, sur les Village People. Et c'est sans compter sur les pures daubes telles que Rock Forever, avec Tom Cruise arborant une ignoble perruque pour jouer le leader d'un groupe ridicule, ou Abraham Lincoln, chasseur de vampires, tout un programme…

Un conseil, faîtes-vous une collection de films - vieilleries ou nouveautés ratées cette année - à revoir ou à découvrir à l'ombre de la canicule, et pensez aussi à profiter, comme nous, de la reprise en salles de quelques classiques inoubliables (Ben-Hur ?) et autres bijoux à redécouvrir (Alice n'est plus ici ?), parce que le petit monde des diffuseurs est encore bien décidé à nous pourrir l'été.



_____________________________

18 juin 2012

Grosses têtes et chevilles qui enflent : Hollywood devient très lourd

Les mégalos sont de sortie à Hollywood
. C'est officiel, les "grands" réalisateurs américains ont un melon gigantesque. On a eu droit en 2009 au grand show du poids lourd James Cameron, qui nous a présenté son film mûri depuis plus de dix ans et qui a battu absolument tous les records du monde en terme d'entrées et de pognon amassé, y compris les records que Cameron détenait déjà grâce à Titanic. Le cinéaste avait une vision si incroyable et une ambition telle qu'il n'attendait que les progrès de la technique pour pouvoir mettre en œuvre son festival d'effets spéciaux en bonne et due forme. Cameron ne voulait pas seulement faire quelque chose de bien, quelque chose de beau, quelque chose d'intelligent... il voulait faire un film qui soit "plus" que les autres, plus impressionnant, plus scotchant, plus en 3D, plus bleu etc. C'est le même Cameron qui s'est fait construire un sous-marin personnel ultra perfectionné pour être le premier homme à visiter le point le plus profond de l'océan, peu importe qu'il ne soit absolument pas compétent pour sonder les fonds marins et pour en tirer des enseignements éclairants, ce qui compte c'est d'être le premier, d'aller le plus loin, en l'occurrence le plus bas... Cameron est un homme de record.

Et puis il y a Ridley Scott, qui a voulu faire Prometheus pour se ré-approprier la franchise Alien (que Cameron lui subtilisa en partie en réalisant un deuxième épisode plus gros, avec plus d'action, plus d'aliens, plus de baston, plus d'effets spéciaux etc.), mais aussi pour faire la nique à Avatar avec un film de science-fiction également en 3D, qui se veut tout aussi énorme mais moins fleur bleue, plus sombre, plus mystique, "plus" quoi… Pour ce faire Scott s'est armé d'un marketing viral totalement démesuré pour ce qui s'est avéré n'être qu'un navet de première. Un film prétendant rien de moins qu'expliquer la naissance de l'humanité, mais écrit avec les pieds par un vieillard sénile et de jeunes geeks décérébrés qui ont cru tourner le pilote d'une nouvelle série débile alors qu'ils concoctaient l'origine d'une saga mythique, par conséquent attendue au tournant par des fans morts de faim.

Et puis il y a Christopher Nolan, le nouveau pape d'Hollywood Boulevard qui, au bout du bout de la logique absurde du marketing à tout prix et de la promo à tout va, n'a rien trouvé de mieux (après quand même masses d'affiches, de bandes-annonces et compagnie diffusées sur le web) que de vanter les mérites de son futur Dark Knight Rises en affirmant haut et fort : "C'est le plus gros film jamais fait depuis l'ère du cinéma muet, en termes techniques". Quoi de mieux en effet pour vendre son film et attiser le buzz que de le placer soi-même au sommet de l'histoire du cinéma mondial… sur un plan technique. Par contre sur le plan artistique, sur le plan cinématographique, sur les plans intellectuel ou sensible, n'attendez rien. Il s'agit juste de faire plus gros qu'Avatar, Prometheus et consorts. Nolan se vante d'avoir utilisé 11 000 figurants dans un décor réel et d'avoir mis plus d'argent devant la caméra que dans les ajouts numériques par ordinateur , et d'ajouter : "Ce n'est pas ce que vous êtes habitués à voir". Non en effet, on n'a jamais vu Ben-Hur, avec ses 8 000 figurants, ni Ghandi, avec ses 300 000 indiens entassés dans le cadre. Ce sera forcément fascinant de voir beaucoup de figurants sur un plateau. Pour faire plus fort "techniquement", plus impressionnant visuellement que ses contemporains, Nolan en revient à un cinéma de studio avec décors et figurants, comme si la course en avant du numérique s'était enfin mordue la queue. "A chaque nouveau film vous voulez forcément faire plus gros et plus extrême que ce que vous avez fait dans le film précédent. C'est une escalade !" nous apprend sieur Nolan, justifiant sa prétention et sa bêtise en la généralisant à tous les cinéastes du monde. "A condition que l'histoire le permette" ajoute-t-il, sauf que l'histoire est écrite précisément pour le permettre. C'est l'envie d'épater la galerie qui semble gouverner à la réalisation du film, c'est l'ambition technique qui détermine tout le reste, quitte à ce que le discours ne soit qu'un alibi secondaire pour réaliser un truc énorme "techniquement". Triste Nolan, la prochaine fois dégonfle ta grosse tronche de cake avant de causer et nous aurons peut-être un début de respect pour toi à défaut d'en avoir pour ton cinéma.

Bref on assiste médusés à une course à celui qui aura la plus grosse, course bien pathétique, surtout quand on voit la faiblesse de tous ces films d'une remarquable nullité cinématographique. James Cameron essaie de faire plus fort que tout le monde, Ridley Scott veut faire plus fort que lui, et Nolan plus fort que les deux autres, et ainsi de suite. De tels crétins nous rendent un type comme Terrence Malick particulièrement appréciable, et pourtant faut se la faire la bulle Malick… Le cinéaste invisible et christique à barbe blanche fait de la promo quand même, et tout aussi dévastatrice, mais au lieu de reposer sur un marketing omniprésent elle repose sur son absence totale. Le mystère est sans doute construit de toutes pièces mais il a le mérite d'être mille fois moins agaçant. Et puis Malick - même s'il est lui aussi d'une prétention formidable, mettant en scène avec une grandiloquence hallucinante son dernier film destiné à contenir l'univers tout entier, film au final d'un vide et d'un niais assommants - ne réalise pas des blockbusters idiots. C'est en somme la version auteuriste d'une mégalomanie à tout crin généralisée qui commence à sérieusement lasser. Toutes ces montagnes de morgue et de suffisance n'accouchent que de souris malingres et souffreteuses, aux côtés desquelles les modestes et talentueux Jeff Nichols, Kelly Reichardt, James Gray, Darren Aronofsky et autres font d'autant plus de bien.



_____________________________

29 mai 2012

Le marketing viral ou la promesse du film à la place du film

Le marketing viral enrhume les spectateurs. C'est Haneke qui a remporté la Palme d'Or du festival de Cannes, le plus grand festival de cinéma du monde, mais Ridley Scott s'en contrefout. Son jouet Prometheus n'aura besoin d'aucun adoubement par un jury de professionnels, ni de la moindre renommée critique, ni d'un seul écho positif, c'est le film génial à voir avant même que quiconque ne l'ait vu. Le film a gagné sans avoir joué. Personne ou presque n'a pu y jeter un œil qu'il a déjà conquis tout le monde grâce à une campagne de publicité dévastatrice.

On a eu droit à tout : des teasers de teasers, des teasers de trailers, des scènes de dix minutes qui ne font pas partie du film mais servent juste à en assurer la promotion, et même une station de métro fantôme à Paris décorée aux couleurs du film ! Le tout diffusé au compte-goutte sur la toile pour s'y répandre comme un feu de paille dans une aura de mystère qui n'a rien de mystérieux mais tout de pré-fabriqué. On a même mis en vente un énorme coffret dvd à l'effigie du film, pour la modique somme de 50 euros, bien avant sa sortie en salles, sans le dvd du film donc (mais avec ceux des précédents Alien), juste avec des goodies faits pour aller droit à la poubelle, du merchandising ridicule, et puis avec quand même un avoir à l'intérieur pour que les acheteurs puissent venir récupérer le film quand il sera disponible sur galette. Ou comment pousser les gens à payer d'avance pour posséder un film qu'ils n'ont pas vu et qu'ils ne sont même pas sûrs d'aimer…

Sauf que précisément le public est déjà sûr d'aimer les films qui bénéficient d'une telle promotion, du moins quand ils sont signés par les chouchous du public, Tarantino, Nolan et compagnie, mais c'est moins sûr pour Ridley Scott, qui prend un vrai risque en créant un tel appel d'air médiatique auprès de cinéphiles nostalgiques de la saga Alien et soucieux de ne pas la voir trainée dans la boue. Les magnats du marketing viral injectent des doses de promesses de plus en plus longues au public pour que le phénomène d'impatience s'auto-engendre, mais dans le cas d'un prequel du mythique Alien l'impatience risque de s'armer d'un couteau entre les dents du côté des fans de longue date. A moins que cette publicité, insidieuse et massive à la fois, ne vise, comme tous les gros blockbusters américains, un jeune public supposé consommer le film sans broncher, en attendant la suite de ce qui s'annonce déjà comme une nouvelle pré-trilogie.

On peut juste raisonnablement se demander ce que devient le cinéma quand les films sont cultes avant d'être vus, quand ils sont adulés avant d'exister, quand il deviennent pratiquement dispensables. Le film fait partie d'un gros packaging commercial, il n'est qu'un maillon dans une chaîne d'éléments audiovisuels disparates qui font plus de tapage que le film lui-même n'en fera jamais. Ces "bonus" qui alimentent le désir du public sont voués à disparaître rapidement, comme peut-être le film lui-même, qui est presque de trop au final, forcément décevant après tant de fantasmes, et quasiment inutile puisque c'est son attente, son soi-disant mystère qui faisait rêver l'audience, et qui risque bien de retomber comme un soufflet dès le film ingurgité.



_____________________________

21 Mai 2012

Mais où est donc passé le Festival de Cannes ?

Le 65ème festival de Cannes bat son plein. On peine pourtant à le croire tant on n'y songe guère. Alors bien sûr le calendrier ne lui est pas favorable puisqu'il débarque juste après l'élection d'un nouveau Président de la République qui fait ses premières armes sous le feu des médias dans un contexte international particulièrement houleux. N'empêche que le vague désintérêt pour la Croisette que nous croyons constater, et le nôtre en tout cas, vient aussi et surtout de la maigre sélection concoctée cette année par Thierry Frémaux. Deux ou trois films font immédiatement saliver : Like Someone in love de Kiarostami, dont nous avions tant aimé Copie Conforme en 2010 ; Mud de Jeff Nichols, en qui nous plaçons beaucoup d'espoir après Shotgun Stories et Take Shelter ; et peut-être Au-delà des collines de Cristian Mungiu, déjà palmé pour le remarquable 4 mois, 3 semaines, 2 jours, et Cosmopolis de Cronenberg, même si le cinéaste n'a cessé de nous décevoir ces derniers temps avec Les Promesses de l'ombre puis A Dangerous Method

A part ces quelques titres, pas grand chose de très excitant au programme, même si nous n'excluons évidemment pas - il faudrait être fou - la possibilité d'une découverte ou de quelques surprises, sans lesquelles on pourra vraiment parler d'une morne année. Une chose est sûre, c'est que le jury aura a priori, et je dis bien a priori puisque nous n'avons pas encore vu les films, fort à faire pour pour sortir un palmarès qui permette à cette 65ème édition de ne pas finir comme elle a commencé : sans éclat. Or on peut craindre que le jury du très politisé Nanni Moretti soit moins sensible aux amoureux japonais de Kiarostami ou à la quête amoureuse bien que boueuse de Nichols qu'à des films plus directement critiques et satiriques tels que Reality, ou à d'autres plus sociaux, comme le sempiternel Ken Loach…

Mais il y a une perle rare dans la sélection, une œuvre somme présentée aujourd'hui même, il s'agit du dernier film d'Alain Resnais, au titre plein de malice et de promesses : Vous n'avez encore rien vu. L'annonce d'un film pareil suffirait presque à raviver notre flamme cannoise ! Que pourra bien nous avoir inventé l'immense Resnais après des chefs-d’œuvre tels que Cœurs et Les Herbes folles ? C'est un peu bête à dire mais quand nous avons appris le titre du film et quand, tout récemment, nous avons découvert l'affiche, à chaque fois une joie profonde nous a envahis, une vieille joie de cinéphile, un sentiment trop souvent endormi. Un sourire impatient s'est emparé de nos visages devant la promesse de ce film qui, s'il tient sa parole, méritera peut-être mieux que le triste prix de consolation décerné aux Herbes folles en 2010, non parce que Resnais ne sera bientôt plus (le plus tard possible, souhaitons-le !) mais parce que Resnais est et sera toujours grand.



_____________________________

15 Avril 2012

Le Titanic de Cameron : insubmersible

Le Titanic recoule sur les écrans et son score au box-office émerge à nouveau. Ressorti en salles et en 3D le 4 avril, le fameux Titanic de James Cameron, film aux 11 Oscars, qui reste number one en France (avec plus de 20 millions d'entrées) et en Grande-Bretagne, reparaît dans les salles de ciné gonflé à la 3D pour amasser encore et toujours plus de biffetons. Cameron espère peut-être rattraper son record perdu du box-office mondial, qu'il a battu lui-même avec Avatar et ses 2,782 milliards de dollars de recette.

Quelle douce ironie de revoir, à la fin de ce film ultra manichéen et très astucieux dressant un panégyrique des pauvres et faisant le procès sans condition des riches pour plaire à l'immense majorité de son public, le personnage de Bill Paxton - acteur fétiche du cinéaste et sorte de double de ce James Cameron qui devint multi-milliardaire grâce au film - ici dans le rôle d'un véritable chasseur de trésors des profondeurs, se rendant finalement compte qu'en cherchant avec cupidité à mettre la main sur le "Coeur de l'océan", ce gros diamant offert en 1912 sur le paquebot à Rose par son sale époux, il était passé à côté du Titanic et de sa vraie magie… Si à la fin du film la vieille Rose jette le diamant inestimable dans l'Atlantique en lâchant un "Oops" un peu irritant, Cameron sut quant à lui remonter l'insubmersible du fond des eaux pour en faire une manne à pognon extraordinaire.

James Cameron a sans doute réussi à transmettre quelque chose de la magie de cette histoire puisque contrairement à son avatar fictionnel elle lui a permis d'engranger un énorme pacson de fric qui a fait de lui le maître du monde et le roi des profondeurs, qu'il sonde en ce moment même à bord d'un sous-marin hallucinant qu'il s'est payé avec ses gros sous pour faire joujou. La stratégie commerciale consistant à ressortir le film dans un format pour lequel il ne fut pas tourné fonctionne en tout cas puisque Titanic 3D est actuellement 3ème au box-office Français après dix jours d'exploitation, et nous avons nous-mêmes bien failli mordre à l'hameçon. Mais on a finalement préféré le revoir tranquillement chez nous, en 2D, et force est de constater que ni les effets spéciaux ni le savoir-faire de story-teller de Cameron n'ont pris la moindre ride. Malgré le business énorme que représente ce blockbuster de malade et les procédés qu'il met en pratique pour assurer son succès, ça reste un plaisir à regarder. Ce divertissement de haut niveau marche encore à plein régime et, depuis, aucun film n'a su prendre le relai, aussi Cameron est-il pratiquement assuré de pouvoir ressortir son film en 4 dimensions dans 15 ans pour se payer un nouveau bolide amphibie qui lui permettra d'aller explorer les Abyss et chatouiller les roustons de son gros flamby translucide.



_____________________________

1er Avril 2012

Montrez ces films que l'on ne saurait voir

Il y a des films invisibles. Fengming chronique d'une femme chinoise et Le Fossé, les deux nouveaux films de Wang Bing (le réalisateur de l'illustre A l'Ouest des rails), respectivement sortis (du moins paraît-il…) les 7 et 14 mars 2012, sont invisibles. Pourtant plébiscités par des revues telles que Positif ou Les Cahiers du cinéma, ces deux films qui fonctionnent comme un passionnant diptyque mi-documentaire mi-fiction ne sont même jamais sortis dans de nombreuses grandes villes et sont de fait absolument impossibles à voir.

Dans le numéro de mars des Cahiers du Cinéma, un article d'Aurélie Godet intitulé "Par ici la sortie" dénonçait l'injustice de la loi du marché qui veut que les "petits" films soient jugés comme les "gros", au nombre d'entrées, et qui pousse les distributeurs et les exploitants à éjecter des salles nombre d’œuvres importantes au bout d'une ou deux semaines seulement, avant même que le bouche à oreille n'ait pu se mettre en place. Ainsi par exemple du magnifique La Folie Almayer de Chantal Akerman - sorti la même semaine que Sport de filles et Les Chants de Mandrin, autres films d'auteur français stupidement mis en concurrence par le calendrier - passé d'un total de 21 salles la première semaine d'exploitation à 3 salles la deuxième semaine, puis 2 la troisième… Même pas le temps de noter le film sur son calendrier qu'il avait déjà disparu.

Wang Bing a peut-être fait plus fort puisque son film n'est pour ainsi dire même pas sorti. Les chiffres sont nets : 43 entrées sur 2 copies à Paris pour Le Fossé le premier jour d'exploitation. Sorti le même jour, Cloclo était diffusé sur 27 copies dans la capitale et enregistrait un total de 3066 entrées. Mais le malheur n'est pas que Cloclo soit si bien diffusé, c'est que Wang Bing, qui tourne actuellement avec 5 copies en France, ne le soit pas du tout.



_____________________________

15 Mars 2012

La Nouvelle Nouvelle Vague française sent le sapin

La Nouvelle Nouvelle Vague est arrivée ! Vous avez dû en entendre parler, il y a un renouveau du cinéma français qui est en train de s'opérer, un vent frais souffle sur nos contrées, une école, un mouvement, une chapelle, un groupe, appelez ça comme vous voudrez, est en train de se former ! Tous les médias relaient la bonne nouvelle. Oyez ! Oyez ! Le nouveau printemps du cinéma français est enfin né !

Après 1959/60, après Le Coup du berger, après Hiroshima mon amour, après Les 400 coups, après A bout de souffle, après Le Signe du lion ; bref après le coup de force de l'oncle Resnais puis l'avènement des cousins Rivette, Truffaut, Chabrol, Rohmer et Godard, voici venus les nouveaux grands noms de la renaissance de l'art cinématographique français : Olivier Nakache, Éric Toledano, Maïwenn Le Besco, Michel Hazanavicius et Valérie Donzelli.

Toc toc toc ! Qui est là ? C'est le nouveau cinéma français ! C'est pas le moment de s'endormir. Accrochez-vous aux branches et laissez-vous éblouir par ce groupe de cinéastes qui balayent les vieux sujets franchouillards, choisissent des acteurs réalistes et partagent un même sens aigu de la mise en scène, admirez sans réserve : The Artist, Polisse, La Guerre est déclarée, et Intouchables... Voyez ces joyaux du renouveau et tranchez-vous les veines une bonne fois pour toutes.